Ambositra – Fête de l’Indépendance : Une ambiance de fête pour les petits et grands…

A l’approche de la fête de l’Indépendance, la population d’Ambositra et de ses environs vit depuis quelques jours une ambiance de fête où petits et grands s’invitent volontiers aux diverses manifestations.

Sans conteste, cette fête de l’Indépendance a déjà débuté pour les férus du football avec le mondial 2014. Un évènement à l’échelle planétaire où se succèdent espoir et désillusion avec des séries de pronostics à ne plus finir quand on parle du ballon rond. Comme chaque année, au mois de juin, l’Alliance Française d’Ambositra a voulu être au diapason avec la célébration de la fête de la musique. La municipalité quant à elle, organise depuis le 20 juin un champ de foire sur la place d’Antamponivinany où chacun essaie de joindre l’utile à l’agréable pour ne citer que ces marchands qui dans l’espoir de gagner un peu d’argent pour passer les fêtes et de se contenter de ce qu’on a gagné, tout en engendrant diverses petites activités génératrices de revenus. Quant aux enfants, eux n’étaient pas en reste. Un parc d’attractions leur a été dédié toujours sur le champ de foire au grand bonheur des parents.

Laissé-pour-compte. Côte hygiène et assainissement, c’est le laissé-pour-compte sur la place d’Antamponivinany de surcroît un quartier administratif, chaque fois que des manifestations d’envergure se produisent. L’insuffisance voire le manque de bloc sanitaire, emmènent les gens à se soulager partout. Avec plus de 20 000 habitants, la municipalité d’Ambositra ne dispose que de deux blocs sanitaires, ce qui est largement insuffisant. Quant à l’enlèvement des ordures ménagères, la municipalité a fait montre depuis plusieurs mois de son incapacité. Heureusement que l’association « Mampiray » entend toujours à apporter sa contribution pour assainir la ville, et ce jusqu’à quand… ? Un laxisme de la municipalité qui pourtant, ironie du sort, s’est permise de laisser entendre, par la voix de son premier magistrat, qu’elle se trouve en peloton de tête des communes dans les recouvrements des recettes. Une déclaration a priori invraisemblable. «  Est-ce grave docteur… ? ».

Anastase

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication