Fête de l’Indépendance : Fierté nationale et liesse populaire

La beauté du spectacle offert par les feux d’artifice et leurs jeux de lumière. (Photo Kelly)
La beauté du spectacle offert par les feux d’artifice et leurs jeux de lumière. (Photo Kelly)

Une grande liesse populaire a marqué la fête de l’Indépendance. Comme chaque année, chaque Malgache a célébré à sa manière ce grand événement. Avec toujours ce sentiment nationaliste dans le cœur.

19 heures pétantes à Anosy, pour un 25 juin sous le froid, comme chaque année, et les premiers bouquets lumineux éclaircissent le ciel. C’est dans un cri de joie que petits et grands acclament ce feu d’artifice qui marque les festivités de la fête nationale. Car pour beaucoup de Malgaches, la fête de l’Indépendance commence la veille du 26 juin, avec les petits plats en famille ou entre amis, et les sorties en groupe pour trouver le meilleur endroit pour regarder ce spectacle lumineux. Ainsi, à Ampefiloha, Anosy, Mahamasina, à la Haute Ville ou encore à Ankadifotsy et partout où l’on peut admirer ces feux, les rues sont noires de monde. Pendant une heure, tout le monde applaudit la beauté des feux. Mais ce n’est pas tout, car les feux d’artifice ne sont que la cerise sur le gâteau. Dès l’après-midi, les rues de Tanà étaient bondées de monde, et les podiums mettant en scène des artistes reconnus attirent la foule. D’ailleurs, à l’esplanade Analakely, le soir et le froid n’ont empêché personne de bien faire la fête. Il en a été de même dans d’autres quartiers comme à Ampefiloha où les jeunes ont investi les scènes pour se produire à cœur joie.

Lampions. 25 juin, c’est aussi les lampions. Le soir, dès que le soleil se couche, les plus petits et les enfants sortent bien emmitouflés, un lampion bien illuminé à la main, pour faire le tour du quartier, chantant des refrains populaires. Des lampions qui ont jadis fait le bonheur des artisans, créant des modèles et des formes de toutes sortes, de toutes les couleurs. Aujourd’hui, le business est envahi par les produits chinois. Car avec des lampions aux couleurs des héros de dessins animés des enfants, ces derniers font vite leurs choix. De même, avec tous les petits gadgets qui s’allument et qui sonnent, à des prix défiant la concurrence des artisans, les enfants préfèrent les jouets lumineux. Dommage pour la création et l’artisanat malgache.

Peu importe, la fête de l’Indépendance marque un grand sentiment nationaliste chez les malgaches. Les drapeaux malgaches qui sortent de toutes les fenêtres, en ville comme ailleurs, en témoignent. Comme quoi, la fierté d’être malgache habite chaque citoyen de ce pays.

Anjara Rasoanaivo

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication