Ankatso : Une grève qui risque de se généraliser !

Des négociations ont toujours lieu à plusieurs niveaux, mais la situation ne s’arrange toujours pas.
Des négociations ont toujours lieu à plusieurs niveaux, mais la situation ne s’arrange toujours pas.

La tension ne cesse de monter à Ankatso et le nombre des grévistes semble augmenter.    

La situation de l’université d’Ankatso risque de devenir incontrôlable si les manifestations des étudiants continuent. Si au début, les étudiants de Vontovorona ont fait leurs manifestations chez eux, voilà qu’ils se sont maintenant ralliés à ceux d’Ankatso. « C’est parce que nous nous battons pour la même cause, notamment, le boycott du système LMD car cela n’est pas compatible avec les réalités du pays », disent quelques porte-parole des étudiants. «A l’issue de notre assemblée générale d’hier, nous avons constaté que les étudiants supportent seuls toutes les charges engendrées par le basculement vers le système LMD. Comme preuve, il y a la hausse des droits administratifs et les droits pédagogiques. Particulièrement pour nous les étudiants de la faculté des lettres, ces droits ont connu une hausse de 200%. Et sans oublier les longs retards des bourses et des équipements, alors que l’année universitaire 2013-2014 est actuellement sur le point de s’achever. Bref, nous ne sommes pas du tout contre les changements, mais il devrait y avoir des mesures d’accompagnement, comme les connexions Internet, la création de plus de laboratoires,…», a affirmé pour sa part Tantely Rafamantanantsoa, Président de l’association des étudiants de la FLSH, lors des manifestations des étudiants à Ankatso, hier. Et ce ne sont là que quelques exemples de leurs problèmes.

Intérêt de tous. C’était ainsi une occasion pour ce dernier de dire : «Nous faisons appel à tous les étudiants de l’université d’Ankatso de se joindre à nous car nous luttons pour l’intérêt de tous ». La grève risque donc de faire tache d’huile, étant donné que ces problèmes liés au basculement vers le système LMD, entre autres, ne sont pas seulement ceux des étudiants de l’école supérieure de Vontovorona qui ont rejoint ceux de la faculté des lettres d’Ankatso, mais ceux de tout le monde. Il faudrait que l’Etat trouve au plus vite des solutions pour, au moins, calmer la situation.

Sourdine. En effet, ces étudiants sont conscients du fait que la présidence de l’université ne peut pas résoudre à elle seule tous ces problèmes, et de ce fait, adressent ces messages au Ministère de tutelle. «Nous avons maintes fois effectué des rencontres avec les différents responsables dans ce ministère, même avec la ministre elle-même, mais nous n’avons guère eu de réponses satisfaisantes. On dirait que l’Etat fait la sourde oreille. Pourtant, vu que c’est une université publique, nous pensons que l’Etat devrait prendre ses responsabilités», poursuit ce dernier.

Lance-pierres. Pour hier, les actes de violence ont continué. Les étudiants grévistes ont encore lancé des pierres partout. Un homme a été touché à la tête. Et le plus grave, c’est que des sources locales ont affirmé que certains manifestants commencent maintenant à utiliser des lance-pierres avec des billes en acier comme projectiles. Le face-à-face entre forces de l’ordre et manifestants a donc encore eu lieu et s’est soldé par des tirs de grenades lacrymogènes. Toute la scène s’est déroulée dans une ambiance de frustration pour les habitants locaux car comme toujours, les portes ont été fermées et les taxis-be ont pris la fuite.

Arnaud R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication