Santé publique: Le fonds d’équité encore mal connu du public cible


Le fonds d’équité pour la prise en charge des personnes démunies dans les centres de santé, demeure pour l’heure, encore mal connu du public cible, en particulier.

 

Le directeur régional de la santé d’Amoron’i Mania, le docteur  Rasolofonirina Jeanne Raymonde d’expliquer que le fonds d’équité est une structure qui a été initiée et mise en place par l’Etat pour que les personnes démunies puissent être prises en charge gratuitement dans les centres de santé et les hôpitaux publics. Toutefois, a-t-elle tenu à souligner, il appartient aux communes d’adresser chaque année une liste des démunis de leur circonscription au service de santé, pour que ces personnes puissent être en possession de leur carte.

 

Dans la pratique, se limite à constater le directeur régional de la santé, la  majorité des personnes démunies dûment recensées dans leur commune respective ne sont pas encore en possession de leur carte d’adhésion, à cause de l’insuffisance de cartes. Ces personnes bien que recensées ne peuvent pas être prises en charge dans les hôpitaux, surtout quand il s’agit des interventions chirurgicales très onéreuses et pourtant primordiales pour la santé  de ces personnes vulnérables. Le docteur Rasolofonirina Jeanne Raymonde, pour faire face à cette situation, de suggérer qu’il sera demandé à chaque maire de dresser une liste des personnes recensées comme vulnérables et cette liste sera consultée en cas de besoin. Une suggestion comme tant d’autres qui ne demande qu’à être mise en pratique puisque la maladie ne peut pas attendre. Il y va de la vie de ces personnes vulnérables qui n’ont d’autre rempart que l’Etat. Aussi, un responsable d’un établissement sanitaire de faire savoir que là où le bât blesse, c’est de constater le comportement de certains élus qui ne veulent pas dresser la liste des démunis de leur ressort pour la simple et bonne raison que cela porte atteinte au prestige de la commune. Il appartient donc aux chefs de district au cours des  réunions mensuelles périodiques de faire un rappel dans ce sens pour un bien-être social de la population.

Projet PAUSENS.

Toujours dans le domaine de la prise en charge, également l’on a appris du directeur régional de la santé, que l’Amoron’i Mania bénéficie de l’appui du projet  « PAUSENS » (Projet d’Appui d’Urgence aux Services Essentiels en matière d’Education, de Nutrition et de Santé)

Financé par l’IDA, pour la prise en charge des femmes enceintes, des femmes nouvellement accouchées et des enfants de moins de 5 ans dans les districts d’Ambositra, d’Ambatofinandrahana, de Fandriana et de Manandriana. Ce projet salutaire qui a débuté en 2013 durera 3 ans aura non seulement le mérite de sauver de nombreuses vies humaines touchant la protection maternelle et infantile, mais également de réduire le taux de corruption dans les maternités qui constituent, à bien des égards, des lieux de prédilection de certains médecins sans scrupule. La lutte contre la corruption, le docteur Rasolofonirina Jeanne Raymonde en a fait son cheval de bataille. Une histoire à suivre.

CHAN-MOUIE  Jean Anastase

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication