PAM : Accompagnement des petits producteurs pour affronter les périodes de soudure

Jacaranda
Les Malgaches sont pour la plupart des cultivateurs pour une autoconsommation.
Les Malgaches sont pour la plupart des cultivateurs pour une autoconsommation.

Le Programme Alimentaire Mondial accompagne les petits producteurs, leurs fournisseurs dans le cadre de l’achat des produits locaux, pour que ces derniers puissent apprendre à faire face aux périodes de soudure.

« Il faut cultiver notre jardin ». Cette conclusion de l’œuvre de Voltaire, intitulée Candide, est une grande philosophie de la vie. A Madagascar, en milieu rural et donc concernant la grande majorité de la population malgache puisque cela constitue 78 % de la population, cultiver son jardin, dans le sens propre du terme, est une réalité. Les Malgaches cultivent du riz, du manioc, des patates, du maïs, des haricots en tout genre sur leur petit lopin de terre. En moyenne, 1,7 Ha de terrain, de quoi assurer leur subsistance au jour le jour puisque n’ayant aucune technique de stockage, ils vendent le surplus à un prix parfois dérisoire. Dans le pays, 64 % des ménages sont des exploitants agricoles au sens propre. Un grand nombre de personnes qui s’exposent à l’insuffisance alimentaire durant les périodes de soudure.

Récépissés d’entrepôts. Le PAM, soutenu par le Fida (Fonds International pour le Développement Agricole), met en place des programmes de soutien afin de renforcer les capacités des producteurs aux techniques de manutention, d’entreposage, au contrôle de qualité et aux respects des contrats, afin d’assurer le respect des normes et de la qualité des produits. Un critère important, voire essentiel pour pouvoir approvisionner le PAM à travers ses achats. Ainsi le PAM accompagne les producteurs en leur offrant des formations sur les procédures et les structures d’achat, et les mène à s’intéresser à des modalités d’achats innovantes, comme le système de « récépissés d’entrepôts » qui permet aux producteurs de stocker leurs marchandises dans des magasins licenciés. En contrepartie de cela, ils reçoivent un reçu qui peut être échangé en argent. Ce système permet aux producteurs de vendre leur marchandise plus tard à un meilleur prix hors période de récolte.

Anjara Rasoanaivo

Telma Fibre Vibe

Share This Post