Santé mère-enfant : Seulement 3 500 sages-femmes enregistrées dans tout le pays

Jacaranda
Certaines sages-femmes ne veulent pas rejoindre leurs postes dans les endroits reculés, malgré leur affectation.
Certaines sages-femmes ne veulent pas rejoindre leurs postes dans les endroits reculés, malgré leur affectation.

Le manque de sages-femmes est toujours problématique à Madagascar.

Le nombre exact des sages-femmes en activité dans le pays n’est pas encore exactement identifié, selon le président de l’Ordre National des sages-femmes à Madagascar, Oméga Ranorolala Razafindraibe. « Pour le moment, environ 3 500 sages-femmes ont été enregistrées auprès de l’Ordre national des sages-femmes », confie-t-elle. Cela ne veut pas toutefois dire qu’il n’y a que 3 500 sages-femmes en activité dans le pays. « Il y en a beaucoup qui ne se sont pas manifestées, j’en suis consciente. Je les invite donc à s’inscrire auprès de l’ordre », poursuit Oméga Ranorolala R. Ce qui est sûr en tout cas, c’est que le nombre des sages-femmes dans le pays est encore loin d’être suffisant. Si l’Organisation Mondiale de la Santé indique que la norme internationale est de 5 000 patientes pour une sage-femme. Il en est autrement à Madagascar. Et ce sont les femmes enceintes qui en souffrent en premier, surtout celles dans les zones isolées.

145 postes budgétaires. Par ailleurs, en ce qui concerne les recrutements, la Présidente de l’ordre de dire : « Ce sont pour le moment celles qui sont issues des écoles publiques qui sont encore priorisées par l’Etat ». Quid de ceux qui proviennent des institutions privées, malgré leur nombre qui ne cesse d’augmenter. En revanche, cela ne signifie pas que ces étudiantes issues des établissements privés n’auront nulle-part où aller après leurs études, car les offres d’emploi sont de plus en plus nombreuses dans les centres de santé ou cliniques privées. Toujours à ce propos, Selon le Directeur du Cabinet du ministère de la Santé Publique, les postes budgétaires fournis par l’Etat pour cette année tournent autour de 145 sages-femmes. Toutefois, cela ne résout en rien le problème lié à la réticence d’une grande majorité d’entre eux (car il y existe également des hommes « sages-femmes ») à rejoindre leurs postes dans les endroits reculés, ou généralement dans les zones rurales. Les causes en sont la grandeur des tâches à exécuter dans les endroits isolés, mais surtout les problèmes liés à l’insécurité. Ce qui favorise en quelque sorte la prolifération des matrones dans les endroits isolés.

Arnaud R.

Share This Post