Chantiers HIMO : Un vrai filet de sécurité au Sud-Est et à Vatovavy Fitovinany

Jacaranda
Les femmes sont privilégiées dans ces projets HIMO.
Les femmes sont privilégiées dans ces projets HIMO.

La durée des travaux dépasse un mois pour chaque village. Et le nombre des bénéficiaires ne cesse d’augmenter.

Après celui d’Antananarivo, le projet présidentiel lié à l’exécution des chantiers HIMO (Haute Intensité de Main d’Œuvre) qui cible les populations les plus défavorisées a touché deux nouvelles régions, notamment, le Sud-Est (Atsimo Atsinanana) et le Vatovavy Fitovinany. Chaque jour, des centaines de personnes dans plusieurs villages, en particulier les femmes, vont se mettre à travailler, d’un coté, pour assainir leurs propres milieux, et de l’autre, pour voir leurs revenus s’améliorer. Pour ces deux régions, le lancement officiel s’est tenu au début de cette semaine. Une tâche qui a été confiée au Ministère des Finances et du Budget, à travers sa Cellule de Coordination des Projets de Relance Economique et d’Actions Sociales (CCPREAS). Le Ministre lui-même, le Pr Jean Razafindravonona, accompagné de tout son staff y ont effectué une descente pour donner le feu vert, mais également, pour poser les premières pierres. Une occasion pour lui de dire: “C’est une mission qui m’a été confiée par le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, dont le but est de donner du travail aux plus démunis, mais également, de donner un nouveau visage à tous les villages concernés”.

30 millions d’Ariary. En effet, la mission du Grand Argentier dans ces régions a été achevée en deux jours. Accompagné des autorités locales ils ont visité plusieurs districts, à savoir: Manakara, Farafangana, Vohipeno, et Vangaindrano. Ce qui lui a permis en quelques sortes de constater les conditions dans lesquelles les populations locales vivent, généralement dans une extrême pauvreté. Les travaux consistent entre autres, à curer des canaux d’évacuation d’eaux usées (comme celui mesurant 5 km dans le fokontany de Mahafasa Atsimo district de Farafangana), à construire des passerelles (à Ambalafary, toujours à Farafangana), ouvrir des routes à Mahatsara Nord, district d’Atsimo Andrefana, paver des pistes à Vohidava (Vohipeno), etc. Chacun est considéré comme un projet et coûte environ 30 millions d’Ariary, selon les explications de Lala  Rabemanahaka, Coordonnateur National de la CCPREAS. Ce qui permettra à chacun des participants de remporter 3 000 Ariary par jour, pendant la durée de leur participation, généralement cinq jours. Ce département du Ministère des Finances et du Budget travaille en étroite collaboration avec les fokontany et diverses associations pour la réalisation de tous les chantiers. Pour la suite, d’autres endroits sont déjà ciblés, dont l’axe menant vers Ambondromamy notamment la région Boeny, la région Sofia,… Bref, des efforts restent encore à faire, mais déjà à cette étape, la plupart des bénéficiaires ne sont pas mécontents. C’est déjà cela!

Arnaud R. 

Telma Fibre Vibe

Share This Post