Amacrem : Interpellation des autorités

Jacaranda

120, puis 140 élèves ont pu suivre des cours gratuits, grâce au centre Amacrem, qui recueille et prend en charge des enfants et des familles démunies pour leur donner un nouveau départ dans la vie. A ce jour, 300 familles en ont bénéficié, 90% d’entre elles s’en sont sorties. Normal donc si la demande se fait plus expressive, car de plus en plus d’enfants veulent rejoindre ce centre. 200, plus précisément. 200 enfants que le centre ne peut pas prendre en charge, vu sa capacité d’accueil. En juillet donc, suite à un accord verbal entre la fondatrice du centre, Louisette Raharimalala et le propriétaire du domaine que loue le centre, « un ancien ministre » selon cette dernière, le centre a commencé à construire un autre bâtiment. Mais les travaux ont dû être interrompus en août car la femme dudit propriétaire a été contre cette construction. « Ce qui ne nous revient pas, c’est que cette maison est un bien de l’Etat qu’on a donné à cet ancien ministre, et pourtant, ils le mettent en location, à raison de 840 000 ar par mois. Somme dont nous nous acquittons chaque mois. Et maintenant, alors que nous construisons un bâtiment en boiserie pour accueillir plus d’enfants, on nous en empêche. Selon nous, le domaine qui appartient donc à l’Etat devrait même être gratuit pour le centre » s’exclame Louisette Raharimalala, fondatrice du centre. L’Amacrem interpelle donc les autorités pour se pencher sérieusement sur son cas. En attendant, elle a décidé de continuer les travaux.

Anjara Rasoanaivo

Share This Post