Programme HIMO dans les bas quartiers : Bouée de sauvetage pour les couches défavorisées

Jacaranda
Le curage des canaux d’évacuation d’eaux font partie des travaux effectués dans les 5 fokontany bénéficiaires.
Le curage des canaux d’évacuation d’eaux font partie des travaux effectués dans les 5 fokontany bénéficiaires.

Les bas quartiers de la capitale sont régulièrement inondés par les eaux lors des périodes de pluie, tandis que l’environnement de vie est totalement insalubre. Les travaux HIMO leur permettent de mieux l’assainir tout en percevant un peu d’argent.

Une véritable bouée de sauvetage. C’est ce que représentent les travaux de haute intensité de main d’œuvre (HIMO) menés dans leurs quartiers, par les couches défavorisées des bas quartiers de la capitale. Ces localités, inondées dès les premières averses, sont également très insalubres, causant des problèmes de santé, notamment, pour les enfants. Les travaux HIMO leur permettent ainsi d’assainir les lieux, tout en percevant un peu d’argent. C’était le cas lors des 10 jours de mise en œuvre du volet HIMO, faisant partie du programme d’actions sociales de la première dame, Voahangy Rajaonarimampianina. Du 1er au 12 septembre, ce programme au profit des populations défavorisées dans les bas quartiers d’Antananarivo, a mobilisé un peu moins d’un millier de personnes. Après le fokontany III L Soanierana et celui d’Ampefiloha Ambodirano, où respectivement 100 personnes, sans emplois pour la majorité d’entre elles, ont pu participer à ces travaux, les fokontany d’Andranomanalina, d’Ankaditoho Marohoho et d’Anosibe Andrefana II ont compté davantage de participants avec respectivement 120, 200 et 300 bénéficiaires. Soit un total de 820 personnes pour l’ensemble des 5 fokontany qui ont perçu, en retour la somme de Ar 3 000 par personne par jour. Les participants, en majorité des femmes, n’ont pas manqué d’émettre le souhait de voir ces travaux continuer, et pour une période plus étendue, car leur permettent d’alléger leur quotidien, face à un taux de chômage extrêmement élevé dans ces quartiers, pouvant dépasser les 80 %. « L’ampleur des travaux encore à effectuer pour assainir nos quartiers est tellement vaste qu’il nous faudra davantage de temps pour en venir à bout. Avec les travaux HIMO, nous améliorons notre environnement de vie tout en recevant de l’argent », plaide un bénéficiaire à Anosibe, hier, lors de la dernière phase du programme.

En cette veille de la rentrée scolaire, les prochaines actions sociales de la première dame consisteront certainement à la dotation de fournitures scolaires aux élèves issus de milieux défavorisés.

Hanitra R.

Share This Post