Délestage : Grogne des Tananariviens

Les tananariviens subissent de nouveau le délestage, à cause des impayés de l’Etat envers la Jirama.
Les tananariviens subissent de nouveau le délestage, à cause des impayés de l’Etat envers la Jirama.

Retour en force du délestage dans tout Tanà. Pendant quelques heures par jour et par secteur, le courant est coupé. Et pas à cause d’un problème technique de la Jirama.

« C’est injuste. Nous n’habitons pas à l’étranger, nous n’avons de maison ailleurs, nous résidons à Antananarivo, pauvres citoyens que nous sommes. Alors un peu de respect, ne nous coupez pas l’électricité ! » s’insurge cet habitant du quartier d’Analamahitsy. Une imploration vite rejointe par d’autres habitants d’autres quartiers de la capitale, allant de Sabotsy Namehana à Itaosy, à Ampefiloha, à Mahazo ou encore à Faravohitra. Car le délestage est de retour pour les Tananariviens. Depuis le début de la semaine, plusieurs quartiers se sont mobilisés pour faire face à ce délestage inopiné. L’on pourrait se faire une raison, et se dire que ce n’est pas nouveau, puisque des délestages, on en a connu. Mais le nouveau régime a promis davantage de stabilité, et cela ne concerne pas seulement la politique.

Arriérés. Dans la pratique, le délestage est un véritable ennemi de tout ce qui est électrique. Sans aucun avis préalable de la part de la Jirama, les usagers mettent en danger leurs matériels. Les professionnels sont d’ailleurs les premiers à en payer les frais, puisque dans leurs cas, les conséquences sont directes et importantes. C’est le cas des marchands de produits alimentaires frigorifiés, qui exposent à la fois leurs matériels et leurs articles. Et cela peut avoir une influence sur leurs recettes quotidiennes. Mais il faudra faire avec. Car du côté de la Jirama, l’on explique qu’il ne s’agit pas d’un problème technique, qui pourrait alors trouver une solution dans un temps donné. Ces coupures sont d’ordre économique : à cause des arriérés de l’Etat envers la Jirama, qui se chiffrent à des milliards, la Jirama ne peut plus assurer la consommation des tananariviens. D’où cette coupure d’électricité par secteur. D’ailleurs, voilà pourquoi la Jirama est intransigeante quant au paiement des factures, n’hésitant pas à couper l’électricité en cas de retards de paiement. En tout cas, c’est triste et frustrant que les dépenses impayées de l’Etat pénalisent toute la population tananarivienne, qui trime pourtant dur afin de payer leurs factures d’électricité à temps !

Anjara Rasoanaivo

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication