Lèpre : 1 000 cas dépistés chaque année

Jacaranda

Le lancement officiel du plan directeur de lutte contre les maladies tropicales négligées

2014 – 2018 a eu lieu hier au Solimotel à Anosy. Il s’agit principalement de la bilharziose, des vers intestinaux, de la filariose lymphatique, de la lèpre, de la cysticercose/téniases et de la rage.

Il s’agit du document de référence et de plaidoyer pour mobiliser la communauté nationale et internationale sur les infections négligées, et qui constituent pourtant une charge pour le pays, puisqu’elles touchent des millions de personnes chaque année. Car parmi les 17 maladies tropicales et zoonoses négligées, Madagascar en abrite 6 qui touchent pratiquement tout le territoire. Des maladies négligées qui peuvent pourtant dégénérer et entraîner des séquelles handicapantes pour les patients, voire causer leurs décès. Il s’agit principalement de la bilharziose, des vers intestinaux, de la filariose lymphatique, de la lèpre, de la cysticercose/téniases et de la rage. Les chiffres sont d’ailleurs assez alarmants : sur les 112 districts à Madagascar, 998 sont identifiés foyers d’endémie filarienne, 95 districts classés zones hyperendémie bilharzienne et 112 non épargnés par l’infestation massive des vers transmis par sol (ascaridiose, ankylostomiase, trichocéphale). 33 districts sont endémiques à la cysticercose, une dizaine de personnes meurent chaque année de la rage. Quant à la lèpre, malgré l’atteinte de l’élimination en 2006, un millier de personnes sont dépistées chaque année. Les maladies tropicales négligées sont pourtant importantes, puisqu’elles portent atteinte aux individus, et plus généralement, ont un impact socio-économique à ne pas négliger.

Dans l’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement, Madagascar s’est engagé à suivre l’initiative mondiale qui consiste à adopter une approche intégrée sur la lutte contre les maladies tropicales négligées pour maîtriser la propagation de ces maladies. C’est ainsi que le ministère de la Santé publique a mis en place ce plan directeur sur les MTN afin de définir les grands axes stratégiques suivant le plan international et continental. Pour Madagascar, 4 priorités ont été identifiées : le renforcement de l’appropriation du programme MTN par le gouvernement, plaidoyer, coordination et partenaires, le renforcement de la planification pour les résultats, la mobilisation des ressources et la viabilité financière des programmes MTN, le renforcement et la mise à l’échelle de l’accès aux interventions traitements, et la capacité de prestation de service et le renforcement de suivi, évaluation, surveillance et recherche opérationnelle.

Anjara Rasoanaivo

Share This Post