Energie domestique : Retour en masse vers le charbon et le bois de chauffe

Le charbon, seul recours possible pour les ménages qui n’arrivent plus à recharger leurs bouteilles de gaz. Photo d’archives.
Le charbon, seul recours possible pour les ménages qui n’arrivent plus à recharger leurs bouteilles de gaz. Photo d’archives.

Près d’un demi-million de nos anciens fmg, pour une bouteille de gaz de 12 kg. A ce prix-là, les ménages malgaches sont majoritairement forcés de retrouver les anciennes pratiques : l’usage exclusif du charbon de bois ou du bois de chauffe.

Les dernières hausses du prix du gaz ont définitivement accéléré les retours des ménages vers l’usage du charbon et du bois de chauffe. De même, les professionnels de la restauration ne sont pas épargnés, avec cette flambée, c’est le cas de le dire, du prix du gaz. Actuellement, la bouteille de 12 kg coûte 96 000 ariary, contre 83 000 ariary auparavant. Pour retrouver un prix en dessous de 80 000 ariary, il faut remonter avant 2012. C’est, en effet, en mars 2012 que la même bouteille affichait un prix de 79 900 ariary chez certains opérateurs du gaz. Quatre mois après, en juillet 2012, elle fait un bond de plus de 2 000 ariary pour se « stabiliser » autour de 82 000 ariary. Deux ans après, la barre du 100 000 ariary est presque atteinte, à 4 000 ariary près.

90%. Cette hausse vertigineuse du prix du gaz pousse inévitablement les usagers à abandonner définitivement ce combustible domestique qui, pourtant, eut la côte auprès des consommateurs malgaches, il y a quelques années, avec la vaste campagne menée pour son usage massif. En avançant les avantages surtout économiques et pratiques, mais aussi environnementaux, les promotions du gaz ont conduit les ménages, du moins urbains, à l’adopter, en réduisant, voire en abandonnant l’usage du charbon. Faut-il rappeler que l’écrasante majorité des ménages malgaches, jusqu’à 90%, utilisent en partie, ou exclusivement le charbon de bois ou le bois de chauffe. Avec la démocratisation du gaz et son prix jugé accessible par les ménages de la classe moyenne, les habitudes ont commencé à changer. Mais ces récentes hausses des prix ont suffi pour couper net cet élan.

Déforestation. C’est donc le retour en masse vers le charbon. Celui-ci coûte actuellement autour de 12.000 ariary, pour un grand sac. C’est l’équivalent de la consommation d’environ 15 jours d’un ménage de 5 personnes. Soit une consommation mensuelle qui ne dépassera pas Ar 25.000 ariary. La comparaison n’est plus à faire et le choix, vite fixé. Pour ces ménages dont les salaires ont stagné depuis plusieurs années, il n’y a pas trente-six mille solutions : le retour au charbon, quitte à renouer avec les salissures et autres émanations, ses principaux inconvénients, et faire une croix sur le gain de temps par rapport à l’usage du gaz. Et ce, même avec une menace de déforestation galopante dont les conséquences ne sont pourtant pas moindres.

Hanitra R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication