Parc national de la Baie de Baly à Soalala : 222 ha de forêts et des espèces protégées, partis en fumée !

Jacaranda
Les tortues Angonoky ont, heureusement, pu échapper au brasier.
Les tortues Angonoky ont, heureusement, pu échapper au brasier.

25 années de lutte contre les feux de brousse pour protéger le parc national de la Baie de Baly qui sont réduites à néant.

Neuf jours durant, le feu a consumé les forêts du parc national de la Baie de Baly. Plus de 200 hectares de forêts se sont ainsi embrasés, emportant de précieuses espèces faunistiques et floristiques protégées. Survenu le 5 décembre, cet incendie de forêt a eu lieu, juste au lendemain du lâcher de tortues « Angonoky » dans la Baie de Baly, leur habitat naturel, dans le cadre du festival du même nom à Soalala. Ce fut finalement la pluie qui est parvenue à bout des flammes, le 13 décembre. Malgré les efforts déployés par les populations environnantes et le personnel de Durrell Madagascar et le Madagascar National Parks (MNP) de Soalala, les touffes sèches de bambous ont empêché quasiment toute tentative de pénétrer dans la forêt.

Volonando. Dans ce brasier, outre les Volonando, également endémiques, qui ont brûlé sur plus de 200 ha, ce sont les serpents, caméléons et lézards qui ont des difficultés pour fuir l’incendie, qui paieront le plus lourd tribut. Les Angonoky, heureusement, ont été épargnés. Cette espèce rare, endémique et fortement menacée, ne compte plus aujourd’hui que 640 espèces, selon des dernières statistiques de Durrell Madagascar.

Le bilan de cet incendie de forêt laisse un goût amer, car ce sont 25 années de lutte contre les feux de brousse menée par le MNP et ses nombreux partenaires qui sont réduites à néant. La piste criminelle semble privilégiée, même si l’enquête ouverte par le cantonnement forestier n’est qu’à son début, pour identifier et poursuivre le ou les auteurs.

Hanitra R.

Telma Fibre Vibe

Share This Post