Amparafaravola : 3 nouveaux décès, une peste pulmonaire?

Il faut avant tout lutter contre l’insalubrité si l’on veut éradiquer la peste.
Il faut avant tout lutter contre l’insalubrité si l’on veut éradiquer la peste.

Alors que la situation semble être maîtrisée, les populations de la région d’Alaotra Mangoro sont actuellement angoissées par l’éventuelle existence d’une peste pulmonaire. La maladie a déjà fait ses victimes.  

Il y a quelque temps, l’on a rapporté que la peste a été vaincue à Amparafaravola, région Alaotra Mangoro. « La situation est sous contrôle », a-t-on affirmé. Pourtant, aux dernières nouvelles, nos sources locales viennent d’affirmer l’existence de 3 nouveaux décès sur les lieux, dont l’un d’eux serait un enseignant. Et pire encore, il s’agirait d’une peste pulmonaire, celle qui se transmet par voie aérienne, et peut de ce fait, tuer en quelques heures seulement. La peste la plus virulente! Ce cas aurait été enregistré le premier janvier dernier. Cependant, selon toujours ces sources, les autorités locales, y compris les médecins, tenteraient de «dissimuler la vérité». «J’ai déjà essayé d’avoir plus d’informations auprès du médecin inspecteur, mais celui-ci n’a pas voulu me donner de réponse claire à ce sujet. Il m’a dit qu’il n’est pas encore en mesure d’apporter des confirmations», a confié, pour sa part, notre correspondant. La nouvelle a même déjà fait le buzz sur le réseau social «Facebook». Ils disent: «Ce que font les médecins à Amparafaravola est très déplorable. Cela fait longtemps qu’ils ont déjà su l’existence de la peste chez nous, mais ils n’ont rien dit et n’ont rien fait. Ils l’ont cachée. Et voilà que la situation s’est aggravée avec cette peste pulmonaire».

Insalubrité. En effet, les habitants d’Amparafaravola n’en sont pas à leurs premières plaintes quant à l’existence de cette maladie dangereuse dans la localité, «mais il semble qu’elle est négligée par les professionnels de la santé. Notre plus grand souci, c’est que l’on ne sait plus ce qui est vrai ou faux dans toute cette histoire. On ne sait plus sur quoi s’en tenir. Ils doivent nous dire la vérité», rajoute-t-on. Rappelons que cette maladie a également fait des victimes à Andilamena. Et à Moramanga, la situation a été rapidement maîtrisée, affirme-t-on. Actuellement, l’on rapporte que des campagnes de sensibilisation sont en train d’y être menées. «Mais avec ces pluies diluviennes, il nous est difficile de combattre l’insalubrité à cause de l’humidité qui est pourtant vecteur de cette maladie dangereuse». Pour toutes ces raisons, les populations locales veulent que les autorités locales prennent enfin les mesures nécessaires pour que cette maladie mortelle soit éradiquée une bonne fois pour toute, et pour qu’elle ne fasse plus d’autres victimes, comme l’a rassuré d’ailleurs le Premier ministre. Pour rappel, le traitement de la peste est gratuit. Alors, il ne faut pas hésiter à aller dans les hôpitaux ou dans les centres de santé en cas de doute.

Arnaud R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication