Ankatso : «Je suis Berija», affichent les manifestants

L’on ne sait pas si l’engouement que les manifestants ont pour soutenir Berija dans son combat soit aussi important que celui pour le satirique Charlie Hebdo. Mais en tout cas, le buzz est là et les étudiants qui manifestent pour la relâche de leur ami ont eux aussi effectué une marche solidaire avec des affiches «Je Suis Berija» pour se faire voir. C’est ce qui a eu lieu hier, à Ankatso, et à Ambohipo. En partant de la cité universitaire, ils  se sont d’abord regroupés sur le terrain de basket universitaire, avant d’effectuer une descente dans les rues pour arriver à Ambohipo, et pour s’arrêter après, à l’endroit appelé «3 chemins», là où ils ont fait leur sit-in. «Après cela, nous étions retournés sur le terrain de basket. C’est ce qui a donc marqué la fin de notre mouvement. Mais contre toute attente, vers midi, des éléments des forces de l’ordre ont pénétré dans notre cité, malgré l’existence de la franchise universitaire. Ce qui nous a obligés à monter des barrages. Il y a ainsi eu des affrontements: des jets de pierres de notre part contre leurs bombes lacrymogènes. L’un de leur véhicule tout terrain a été touché au pare-brise», a confié Rivo Dibrigérien, l’un des manifestants, joint au téléphone. Il a affirmé ne pas avoir aperçu des arrestations. «Malgré les pressions», les manifestants ont assuré qu’ils sont «déterminés à avoir gain de cause». «Nos manifestations continuent tant que Berija ne soit pas libéré», conclut Rivo D.

Arnaud R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication