Sommet des cinq : Les manifestants pour la libération de Berija présents à Ivato, hier

«Nous avons tenu à ne pas être nombreux à Ivato pour éviter tout risque de débordement», confient les manifestants.
«Nous avons tenu à ne pas être nombreux à Ivato pour éviter tout risque de débordement», confient les manifestants.

Ils ne ratent pas la moindre occasion pour «être vus et entendus»,… même au niveau international.

Comme prévu, le sommet des cinq pour la réconciliation nationale, organisé par le FFKM au CCI Ivato s’est bien déroulé, hier. Les quatre anciens Chefs d’Etat ont été réunis, avec le Président de la République. Mais contre toute attente, les membres du Comité des Jeunes et Universitaires de Madagascar se sont également invités à l’événement. Plus précisément, ce ne sont autres que ceux qui luttent pour la libération de leur ami, Berija Ravelomanantsoa, celui qui a été incarcéré à la maison de force de Tsiafahy. Ils étaient presqu’une trentaine d’individus à se réunir sur les lieux, toujours avec leurs affiches sur lesquelles sont écrits: «Je suis Berija», visiblement «pour être vus». «Nous nous sommes dits qu’il est grand temps pour nous de sortir de l’enceinte de l’université d’Ankatso pour continuer notre manifestation. Et visiblement, la tenue de ce sommet a été un moment opportun pour nous pour que les participants à cette réunion et la communauté internationale puissent nous voir enfin», confie leur porte-parole, en la personne de Rivo Dibrigerien. Certes, ils ont été peut-être vus, mais n’ont peut-être pas été entendus, puisqu’ils n’ont eu aucune rencontre ni conversation avec personne, à Ivato.

Culte. Comme c’était un moment important pour eux, les manifestants ont mis chacun un bâillon blanc devant leur bouche, leur façon à eux de montrer qu’ils ont été privés de leur droit à l’expression. «Nous souhaitons que le cas de notre ami soit discuté durant ce sommet», termine cette source. A titre d’information, le Berija en question sera porté devant les juges demain. C’est peut-être pourquoi ses amis organiseront un culte à son honneur ce jour, à l’aumônerie protestante universitaire d’Ankatso.

Arnaud R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication