Infrastructures routières : Les grands travaux attendront

Des rues en état de dégradation, il y en a partout.
Des rues en état de dégradation, il y en a partout.

Tant que de fortes pluies continueront de s’abattre sur la ville, il n’est pas envisageable de mener de grands travaux de réfection des rues de la capitale. Des travaux d’urgence devront, cependant, être effectués. Le chantier est vaste.

Pas encore de réfection en vue. Du moins, concernant les grands travaux de remise en état des infrastructures routières de la capitale, lesquelles se trouvent actuellement dans un état terriblement désolant. Les dégâts sont particulièrement importants, cette saison, et aucun quartier n’est épargné. Du centre ville aux axes périphériques, nids de poules géants creusés par les eaux pluviales ont eu raison des revêtements souvent trop fins des rues d’Antananarivo. Au grand désespoir des automobilistes, mais aussi des piétons et des usagers des transports en commun qui doivent désormais compter plusieurs heures de plus que d’habitude pour effectuer les mêmes trajets.

Désagréments. Les conséquences, tous les Tananariviens les subissent, en effet, au quotidien. Ralentissement de la circulation, créant des embouteillages incessants partout, sans parler des dégâts sur les véhicules et les coûts que cela représente pour les transporteurs et les particuliers. Les usagers n’ont pas d’autres choix, pour l’instant que de prendre leur mal en patience. Des initiatives sur quelques « points sensibles » soulagent un peu les usagers : des jeunes gens bouchent des nids de poule avec des débris de briques et un peu de terre, pour aplanir tant bien que mal les surfaces. Ils attendent, en retour, un peu d’argent des automobilistes qui passent à ces endroits. Des solutions éphémères car les nids de poule retrouvent leur aspect initial à la première averse, mais qui évitent aux voitures de tomber dans ces trous béants.

L’achèvement de la saison des pluies n’est prévu qu’en avril. En attendant, il va falloir encore patienter…

Hanitra R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication