Assemblée générale de la « Diorano Wash Amoron’i Mania » : La mise en œuvre de projet se heurte à un concept d’inadéquation…

La mise en œuvre d’un projet se heurte à un concept d’inadéquation entre les attentes en amont et les résultats attendus, a fait savoir  Kambala Munyemo Spartacus du PNUD, lors de son intervention à l’Assemblée Générale du comité « diorano wash Amoron’i Mania » qui s’était tenue au début de ce mois, à Ambositra

Répondant au mieux. Une Assemblée Générale qui avait  vu la participation de tous les acteurs locaux œuvrant dans le domaine de l’eau, l’assainissement et l’hygiène  au sein de la coalition « wash ». Une intervention de Kambala Munyemo Spartacus qui est à  même de refléter les vécus de ces acteurs sur les terrains, lors de la présentation de leurs rapports d’activités à cette rencontre. Outre ce concept d’inadéquation, les participants ont également fait savoir le manque d’appropriation des bénéficiaires et des autorités locales dans la mise en œuvre de ces projets/programmes, et  des barrières liées aux  us et coutumes. Les difficultés rencontrées par les acteurs  dans la mise  à jour de leurs  banques de données pour être centralisées au niveau du comité régional « diorano wash » n’ont jamais été  élucidées à l’échelle  jusqu’à ce jour. Alors que ces banques de données constituent des éléments importants voire bien plus, dans l’élaboration de leurs  programmes d’activités annuelles. Une carence qui n’a pas mis l’eau à la bouche des partenaires qui pour l’heure dans l’Amoron’i Mania se contentent de la partie « soft ». Alors  que les réalités  suggèrent à bien des égards d’adopter une stratégie plus adéquate et répondant au mieux  à des situations données. Comme la construction des infrastructures, eu  égard à  l’insuffisance des blocs sanitaires publics qui en aucun cas ne pourront contribuer d’une façon efficace et durable à la lutte contre la défécation à l’air libre. Outre, l’insuffisance des latrines dans les services administratifs, pour faute de crédit. Un assainissement s’impose donc  au sein des partenaires et chez tous les acteurs locaux pour plus d’hygiène et  pour des résultats attendus comme définis en amont.

Société civile. On a appris également la mise en place d’une structure de la société  civile au sein de la coalition wash. Pourra-t-elle changer  bien des choses ? « Wait and See » !

CHAN-MOUIE Jean Anastase

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication