JMJ Mada 8 : Grande liesse des jeunes catholiques à Fianarantsoa la semaine prochaine


Jacaranda
Banky Foiben'i Madagasikara
 Le logo des JMJ Mada 8.
Le logo des JMJ Mada 8.

Après Antsiranana qui a accueilli en 2012, en dépit de l’éloignement, plus de 40 000 de personnes dont 24 000 jeunes, pour les 7es  journées mondiales de la jeunesse (JMJ), c’est au tour de Fianarantsoa d’accueillir du 15 au 20 septembre les JMJ Mada 8.

 Fianarantsoa s’apprête à accueillir l’un des plus grands rassemblements de jeunes jamais organisés à Madagascar. La semaine prochaine, à l’occasion des  huitièmes journées mondiales de la jeunesse à Madagascar (JMJ Mada 8), la capitale du Betsileo sera le lieu de rendez-vous de la jeunesse catholique pendant 6 jours, du 15 au 20 septembre. Ce grand rassemblement réunira des jeunes de 15 à 35 ans issus des quatre coins de la Grande Ile. Un véritable événement national qui va bien au-delà du cercle de la communauté chrétienne catholique, puisqu’il obtient, si l’on se réfère à la dernière réunion préparatoire, le soutien des autorités locales, des opérateurs économiques ainsi que d’autres leaders traditionnels et religieux issus des autres églises chrétiennes. C’est ainsi dans une grande liesse, d’échanges et de recherche de spiritualité que les jeunes attendent cette rencontre placée sous le thème  « Heureux ceux qui ont le cœur pur car ils verront Dieu. » (Mat 5 :8).

Défi logistique. L’heure est actuellement aux derniers préparatifs, tant pour les futurs participants que pour le comité d’organisation et le diocèse hôte. Un grand défi logistique et organisationnel à relever avec des centaines de milliers de participants et de pèlerins attendus, dont plus de 25 000 jeunes. Ces derniers sont à répartir dans 12 sites d’accueil, préparés pour l’occasion. S’y ajoutent les travaux d’électrification et branchement d’eau potable dans les sites d’accueil qui n’en sont pas encore pourvus, l’installation de nombreux blocs sanitaires à la hauteur du nombre de pèlerins, sans parler de la préparation de la grande place d’Anosy, à Fianarantsoa  où se dérouleront les plus grandes rencontres et les messes. Les jeunes Fianarois se sont mobilisés tout récemment pour le nettoyage de ce terrain. Durant six jours, les JMJ sont aussi besoin de centaines de tonnes de riz et une quantité considérable de nourritures à préparer par jour. Les autres pèlerins qui feront le déplacement pour assister à certaines activités, dont la grand-messe d’ouverture et de clôture, ainsi que le festival de la jeunesse, ne manqueront pas non plus d’occuper les autres types d’hébergement possibles dans la ville de Fianarantsoa. Une aubaine pour les hôteliers. Seule ombre au tableau, l’état de la route vers Fianar, au niveau d’Ambohimahasoa, dans un état de dégradation avancée qui donne bien du fil à retordre aux usagers de la RN7. Mais il faut bien plus que cela pour refroidir l’enthousiasme attendu pour ces JMJ.

Expression de la foi. Dans les diocèses, les futurs jeunes pèlerins n’attendent plus que le jour du départ. Comme dans les éditions précédentes, ils s’attendront à six jours de communion dans une atmosphère chaleureuse, dynamique et festive. Car au-delà de la rencontre religieuse, ces JMJ expriment également le partage et la réflexion pour les jeunes sur leur vie, leur jeunesse, leur avenir, et surtout leur lien avec Dieu. Ce, à travers les séances de catéchèse et les autres activités prévues durant les JMJ. Le festival de la jeunesse sera sans doute la rencontre qui tiendra toutes ses promesses d’exaltation et d’épanouissement des jeunes qui exprimeront leur foi et partageront leurs convictions d’une manière culturelle, festive. Le passage à Fianarantsoa des reliques de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et celles de ses parents, Zélie et Louis Martin, donneront également une touche particulière à ces JMJ Mada 8. Rappelons que les éditions précédentes des JMJ Mada ont eu lieu respectivement à Mahajanga en 1998, à Antsirabe en 1999, à Fianarantsoa en 2001, à Antananarivo en 2004, à Toamasina en 2006, à Toliara en 2009 et à Antsiranana en 2012. Les JMJ, au niveau international, quant à elles, ont été initiées par le pape Jean Paul II au début des années 80.

Hanitra R.


Share This Post

Post Comment