Examens officiels : Vers l’interdiction des candidatures libres

«Les écoles privées ont déjà montré leur enthousiasme quant à l’application de cette mesure», affirme Todisoa Andriamampandry, DGEFA.
«Les écoles privées ont déjà montré leur enthousiasme quant à l’application de cette mesure», affirme Todisoa Andriamampandry, DGEFA.

Car l’on reproche surtout aux candidats libres d’être parmi les principales sources de la baisse des taux de réussite aux examens officiels.  

Il se pourrait que les candidatures libres ne soient plus acceptées lors des examens officiels, notamment le CEPE, le BEPC, et le Baccalauréat à partir de la session 2015-2016. Une réunion entre la Direction Générale de l’Education Fondamentale et de l’Alphabétisation (DGEFA) auprès du ministère de l’Education Nationale (MEN) et de l’Office National des Ecoles Privées (ONEP) se tiendra très prochainement pour discuter davantage du sujet. Néanmoins, l’on sait que cette mesure est surtout destinée aux candidats qui ne sont pas encore en classe d’examen mais sont seulement tentés de passer les examens officiels soit après l’encouragement de leurs parents respectifs, soit par une soif de réussite. « Or, s’il y a échec, cela ne fera que provoquer un effet psychologique très négatif pour le candidat, quitte à le détruire. Et d’un point de vue global, le nombre important des candidats libres ayant échoué influe le taux de réussite en général », explique Todisoa Andriamampandry, DGEFA. Avant de dire : « Et même s’il réussit à l’examen alors qu’a sauté de classe, il risque d’avoir beaucoup de lacunes, ou se lasser rapidement ». D’après ce responsable aussi, les nombreux échecs issus des candidatures libres ont largement fait baisser les taux de réussite aux examens officiels ces derniers temps. C’est pourquoi l’existence de cette mesure, en quelques sortes. Pour ce faire, les établissements publics risquent de ne plus pouvoir héberger les cours d’appui ouverts aux candidats libres. « Et il faudra également sensibiliser les parents à ne plus encourager leurs enfants à se présenter aux examens officiels si ceux-ci n’ont même pas le niveau requis », poursuit-il.

Réformes. Toutefois, d’après les précisions, ne seront pas concernées par cette mesure les candidatures libres impliquant les personnes ayant déjà dépassé l’âge au moment de l’examen. « C’est pour redonner leurs vraies valeurs aux établissements scolaires publics, en particulier ceux du primaire », dixit Todisoa Andriamampandry. C’était la rentrée officielle hier pour élèves des établissements scolaires publics. « Pour atteindre cet objectif, beaucoup de reformes ont été réalisées par le ministère, entre autres, l’orientation du système éducatif vers la Pédagogie par Objectif ou PPO, la vulgarisation des cantines et des kits scolaires, les remplacements des directeurs d’école et les chefs Cisco incompétents,… », conclut-on.

Arnaud R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.