Feux de brousse : Où sont les pompiers ?!

Des feux de brousse sur des kilomètres consument le pays.
Des feux de brousse sur des kilomètres consument le pays.

Comme chaque année, des hectares de terrain s’embrasent à Madagascar. Les conséquences sont importantes, non seulement pour l’environnement, le climat, mais aussi pour la santé de la population. On se demande par contre si l’Etat prévoit d’éteindre ces feux ou non.

Maux de gorge, maux de tête, mal aux yeux, troubles respiratoires… les médecins généralistes traitent toutes les maladies liées au climat, ou plutôt des conséquences de ces feux de brousse qui consument le pays petit à petit. Tout au long du voyage, d’Antananarivo à Mahajanga, ou en prenant vers le Nord, les plaines se déchaînent et deviennent des spectacles de pyromanes. Un triste tableau qui n’a rien d’intéressant, puisque le vert devient noir le temps d’une flamme. Le phénomène de feu de brousse est récurrent dans le pays, où les feux sont déclarés durant la période sèche, d’avril à novembre. Sur des kilomètres donc, on ne peut pas rater les feux, et se rendre compte qu’aucune mesure n’est prise pour les éteindre. Point de pompiers, pas de réponse réelle, rien. Le feu danse en maître.

Rébellion. Si les feux de brousse sont des incendies déclenchés exprès afin de terrasser le sol pour y faire des cultures sur brûlis, ce n’est peut-être pas la seule explication. Sur des kilomètres, sur des terres qui ne sont pas arables, des plaines inhabitées et avec aucune activité rurale, les feux de brousse s’expliqueraient autrement. Dans certaines communautés, allumer le feu et brûler tout peut refléter une rébellion de la part de la population. Une manière de montrer son mécontentement face aux autorités.

Avec des matériels de pointe qui détectent les feux de brousse, le VIIRS (Visible Infrared Imaging Radiometer Suite), l’on se pose tout de même des questions. Car identifier le foyer et la surface en feu est bien, l’éteindre est mieux.

Anjara Rasoanaivo

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. c,est exact, je m, associe pleinement à vos interrogations: où sont les pompiers, wwf,? quelles mesures faut-il prendre au niveau de chaque localité pour atténuer ces feux ravageurs?
    quelle politique gouvernementale faut-il envisager et mettre en oeuvre pour combattre ce phénomène au même titre que celui des dahalo ( similitude évidente par ses méfaits)?
    phénomène aussi néfaste et ravageur que le saccage et trafics du bdr, de biodiversites et pour lequel donne comme conséquences des déreglements climatiques extrêmes auxquels règnent des déferlements en tous genres de la dame nature ( pluies torrentielles entrainant des torrents de boues, des éboulements de talus, tsunamis, phénomène elnino, sécheresses entraînant des feux de brousse, etc…
    déjà, commencer sans relâche à impliquer les fervents de la pratique de culture sur brûlis, les politiques, la société civile, les villageois et les jeunes, les citoyens dans son son ensemble à vulgariser la notion et l, utilité du respect et préservation de la nature, les bonnes manières,,,

Poster un commentaire