Délestage : Le calvaire continue

Jacaranda

Trois heures de délestage le matin. Trois heures également, sinon plus, l’après-midi. Et rebelote dans la soirée. Jamais les Tananariviens n’ont vécu un tel calvaire. Et si les ménages souffrent énormément de ces coupures fréquentes du courant électrique, les entreprises, petites et grandes risquent tout simplement la faillite si ce super délestage persiste dans le temps. Sans compter cette insécurité grandissante dans les grandes agglomérations urbaines où l’explosion sociale n’est plus à écarter.

A l’origine de ce problème se trouve les nombreuses défaillances de la Jirama dont la capacité de production se réduit de jour en jour. Le coût exorbitant du carburant provoque une situation financière catastrophique pour la Jirama qui vit sous perfusion à grand renfort de subvention de l’Etat. Et ce ne sont pas les centrales thermiques, tombant souvent en panne qui vont provoquer un changement en mieux dans les mois qui viennent. Et comme la production énergétique de la Jirama n’a jamais connu une augmentation, ces dernières années, la promesse du premier ministre pour une fin du délestage avant la fin de l’année risque de devenir, une fois de plus, une parole en l’air.

R.Edmond.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.