Jeunesse : 40 % des jeunes filles malgaches sont sexuellement actives

Toutes les jeunes filles de la Région Analamanga ont été représentées à la célébration régionale de la JIJF à Analakely, hier.
Toutes les jeunes filles de la Région Analamanga ont été représentées à la célébration régionale de la JIJF à Analakely, hier.

Elles ont déjà eu leur premier rapport sexuel avant d’avoir 18 ans, faute d’éducation sexuelle efficace.

Le sexe et les ados, deux choses devenues pratiquement inséparables de nos jours. En 2014, l’enquête menée par l’UNFPA a révélé que 17 % des filles âgées de 15 à 24 ans ont eu leur premier rapport à moins de 15 ans et 9 % chez leurs pairs de sexe opposé. Et actuellement, 40 % des jeunes filles moins de 15 ans sont déjà sexuellement actives. Par ailleurs, 30 % des jeunes filles sont déjà enceintes à ce même âge, selon le Comité National de Lutte contre le Sida. Rien de plus normal si la grossesse précoce et les maladies sexuellement transmissibles (MST) font actuellement rage. Des jeunes malgaches en manque d’information concernant leur sexualité. Ils ont pourtant besoin d’une éducation sexuelle complète. Mais à Madagascar, parler de vie sexuelle à ses enfants demeure un sujet tabou. Or, les conséquences sont toujours néfastes pour les jeunes eux-mêmes mais aussi pour leurs descendants. Car à l’heure actuelle, 3 jeunes filles sur 10 ayant moins de 17 ans meurent pendant l’accouchement. Par ailleurs, un adolescent sur 3 entre déjà dans le mariage précoce avant d’avoir 18 ans. Pourtant, tout cela aurait pu être évité s’il y a eu une meilleure prise en charge de leur santé sexuelle. Les jeunes malgaches sont encore trop attirés par les nouvelles technologies, les boites de nuit, etc. Ce qu’il faut faire alors : renforcer la sensibilisation des jeunes (filles et garçons), de leurs parents, ainsi que les autorités locales quant à la lutte contre la grossesse précoce et les MST, donner accès à toute une gamme de services de santé sexuelle et génésique aux jeunes y compris l’accès aux différentes méthodes de contraception, et leur donner un environnement sûr où ils ne subissent ni exploitation ni abus.

500 jeunes. Dans le cadre de la célébration de la Journée Internationale des Jeunes Filles (JIJF), au moins 500 jeunes filles issues de tous les établissements scolaires, ainsi que des différentes associations de jeunes de la Région d’Analamanga ont été invitées à participer aux activités culturelles et éducatives minutieusement préparées par le ministère de Jeunesse et des Sports (MJS), ses différents partenaires nationaux et internationaux comme le PSI Madagascar, l’UNFPA, le PNUD,… au parvis de l’Hôtel de Ville Analakely. Zumba, message de sensibilisation, expositions étaient au rendez-vous. La mise en place du quartier général pour les jeunes sis à Ampefiloha et la maison des jeunes à Ankazobe permettent au moins de renforcer la sensibilisation des jeunes pour la Région Analamanga.

Arnaud R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Ilay kolombod eto @ny tanana mihintsy no olana! aiza ko hira dihy ny tapany ambany daolo no mihetsiaka

  2. Bonjour a route led jeunnes fils de Madagascar

  3. · Edit

    A force de salegy on fait danser le vous savez. Si le secteur de loisir se développe, il y aura beaucoup moins de  » sport de chambre » de beaucoup moins de bébé nait dans la pauvreté.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.