BNGRC : Exécution du plan de contingence

Exercices de simulation dans les zones à risque, renforcement des capacités à travers la dotation d’équipements et formations, renforcement des partenariats, … tels seront les points forts de la stratégie du BNGRC cette année.      

Pas comme l’année dernière, il y aura moins de cyclones qui vont toucher ou traverser Madagascar pour cette fois-ci, affirme le service de la Météorologie. « L’évolution des conditions atmosphériques et océaniques susceptibles d’influencer la saison cyclonique 2015-2016 à Madagascar laisse prévoir une activité cyclonique proche ou inférieure à la moyenne climatologique avec 0 à 2 perturbations pouvant atterrir sur les côtes malagasy », explique-t-on. Toutefois, l’heure est à la mise en œuvre des stratégies permettant de lutter contre les lourds bilans. Ainsi, le Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes (BNGRC), organisme rattaché au ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, est sur le point d’exécuter le plan de contingence qui a été mis à jour dernièrement. Le renforcement de capacité des clusters en matière d’équipements et de formation vient ainsi en premier lieu. Cela se traduit par exemple par la dotation de vedettes rapides, outils de communication adaptés pour les Services d’Alerte Précoce (SAP) dans les zones vulnérables. Ensuite viendront pendant le mois prochain les exercices de simulation qui mobiliseront les différents clusters partenaires du BNGRC, ainsi que les leaders communautaires. Cela consiste effectivement à apprendre aux communautés les bons gestes à faire avant, pendant et après les catastrophes. Cette année, ces exercices se dérouleront dans les districts de Manakara et de Sambava, de façon simultanée. Et le BNGRC fera en sorte à partir de cette année de placer deux de ses agents dans chaque zone à risque.

Opérationnels. Comme tous les ans, les partenaires nationaux et internationaux habituels tels que la Croix-Rouge Malagasy (CRM), l’UNICEF, le PAM, l’ONN, l’UNFPA travailleront de concert avec le BNGRC dans la réalisation des activités liées à la gestion des risques et catastrophes dans le pays. Ceci, à travers la mobilisation des différents clusters par domaine (santé, nutrition, premiers secours, évacuation, hébergement,…) qui se chargeront de prendre les mesures nécessaires pour réaliser les stratégies mises en place par le BNGRC, en fonction du plan de contingence. Faute de financement, les SAP ont cessé de fonctionner pendant deux ans. Mais actuellement, ils sont de nouveau opérationnels.

Arnaud R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire