Analakely : Sakoroka hier, 3 personnes arrêtées

Les forces de l’ordre aux aguets, prêtes à agir en cas de débordement.
Les forces de l’ordre aux aguets, prêtes à agir en cas de débordement.

Des violences ont de nouveau éclaté hier à Analakely. Les marchands de rue ont de nouveau défié les forces de l’ordre. Trois personnes ont été arrêtées et envoyées à la brigade de la gendarmerie à Betongolo.

Les jours se suivent et se ressemblent presque à Analakely. A quelques détails près, puisqu’il y a les matinées où les vendeurs  à la sauvette et les policiers communaux s’affrontent, et celles où les violences sont plus intenses. Hier matin, les marchands de rue ont de nouveau manifesté leur mécontentement. Ils se sont attroupés devant l’Hôtel de Ville, exigeant de rencontrer un haut responsable auprès de la commune urbaine d’Antananarivo pour négocier leur situation. Une délégation a ainsi été reçue par le Secrétaire Général, le 1er et 3e adjoint de la mairie. Dehors, la cohue s’amplifiait. Les vendeurs à la sauvette brandissaient leurs mains, en colère, criaient et sifflaient, bloquant par la même occasion la circulation. Tout a dégénéré lorsqu’un des marchands ambulants, ou du moins un individu quelconque puisque beaucoup d’entre ces manifestants « ne seraient même pas des vendeurs » selon la CUA, a donné un coup de poing à un policier municipal et lui a lancé du piment. Cela a bien sûr fait réagir les policiers municipaux, bilan : 3 personnes ont été appréhendées et envoyées à la brigade de la gendarmerie à Betongolo pour enquête, on a retrouvé sur eux des armes blanches. Le policier, lui, a reçu les soins nécessaires.

Malaise. Ces menaces de « sakoroka » à tout bout de champ mettent tout le monde en garde et entretiennent un sentiment d’instabilité. A Analakely, Soarano, Behoririka et aux environs, tout le monde est aux aguets. Les boutiques ont fermé leurs portes, de peur de se faire piller, les passants ont préféré changer de trottoir pour ne pas se faire détrousser, et les automobilistes n’ont pas voulu emprunter ces chemins au risque de se faire voler. Avec autant de colère et de frustration, il suffirait d’un rien pour que des malaises sociaux éclatent.

Anjara Rasoanaivo

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. – Empêcher ces marchands de rue de ne pas envahir les trottoirs et la chaussée est une bonne chose car cela permet une circulation fluide et contribue à l’instauration de la sécurité (sécurité routière et sécurité contre les « mpagaro paosy ».

    – Mais la méthode est contestable en période de morosité économique, de chômage de masse, de paupérisation galopante du vahoaka mitrongy vao omana (si jamais ce vahoaka trouvait à manger).

    – Le vahoaka attendait, de la nouvelle équipe municipale une résolution (même progressive) de ses problèmes. Mais c’est la force et la brutalité qui est utilisée.

    – Où sont passées les promesses électorales et avant l’installation de Madame le M

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.