Volontariat américain : Le DG de Peace Corps dans nos murs


Le directeur mondial du Peace Corps remettant le certificat d’appréciation au maire de Mantasoa.
Le directeur mondial du Peace Corps remettant le certificat d’appréciation au maire de Mantasoa.

Carrie Hessler Radelet, 19e directeur mondial du Corps de la Paix, est actuellement en visite à Madagascar. Ce déplacement marque effectivement sa première visite dans la Grande Ile. Après son arrivée à l’aéroport international d’Ivato, elle s’est tout de suite rendue dans le village de Mantasoa, le lieu de formation des stagiaires du Peace Corps à Madagascar. Mais à l’occasion de cette visite, c’est-à-dire hier, elle a célébré avec les Américains à travers le monde, le King’s Day, ou la commémoration du jour de naissance de Martin Luther King. Ce Grand homme fut un pasteur afro-américain ayant milité pacifiquement pour les droits civiques des Noirs aux Etats-Unis. Cet événement est alors devenu pour les Américains, une occasion pour rendre service à la société. Ainsi, pour les volontaires du Peace Corps à Madagascar, ce jour a été traduit par une grande campagne de reboisement dans la Commune de Mantasoa. Carrie Hessler Radelet elle-même, avec le nouveau maire de Mantasoa, Lala Ranaivoharisoa, ont participé à cette activité en plantant chacune des pieds d’arbres dans le village. Les jeunes plants et les engrais ont été fournis par Peace Corps. Ce qui embellira davantage le village touristique de Mantasoa. Pour la suite de son voyage dans le pays, elle compte se rendre dans la communauté d’Andasibe où sont implantés des volontaires du Corps de la Paix, puis à Tana pour rencontrer les autorités, avant de se rendre à Antsirabe.

Certificat d’appréciation. En effet, ces stagiaires américains en volontariat ont été formés à Mantasoa depuis presque 20 ans, autrement dit, depuis 1996, avant de s’installer au niveau des communautés. Ils bénéficient donc d’une formation de 10 à 12 semaines dans ce village, en étant hébergés dans les familles d’accueil. Cela, pour apprendre à vivre avec et comme les Malgaches. «C’est ici à Mantasoa que les volontaires du Peace Corps débutent leur délicate mission à Madagascar. Ce qui marque déjà l’amitié entre les peuples américain et malgache. Et je souligne que tout le monde peut réaliser quelque chose de bien dans la vie. Seulement, il faut faire preuve de détermination et d’amour», argumente Carrie Hessler Radelet. Avant de rajouter : «Mon rêve, c’est de constater qu’un de ces jours, les différentes collaborations avec les scientifiques américains et les volontaires du Peace Corps deviennent un exemple en termes de développement dans le monde entier». Son passage à Mantasoa hier lui a donné l’occasion de remettre un certificat d’appréciation au nouveau maire, pour les nombreuses années durant lesquelles ce village a rendu service aux volontaires du Corps de la Paix. A noter qu’ils sont environ 7 000 volontaires américains dans 60 pays du monde, en intervenant généralement dans le domaine de la santé, de l’agriculture, et de l’éducation. A l’heure actuelle, ils sont au nombre de 120 volontaires à Madagascar, éparpillés depuis Nosy-Be jusqu’à Fort-Dauphin.

Arnaud R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.