Absence de la CUA à la Primature : «Nous n’avons pas été officiellement invités!»

La grande réunion sur la gestion des ordures à la Primature a duré presque trois heures.
La grande réunion sur la gestion des ordures à la Primature a duré presque trois heures.

La situation ne s’arrange pas entre la municipalité et le SAMVA. Au contraire, elle risque d’empirer.

Le Premier Ministre, le Gal Jean Ravelonarivo a organisé une grande réunion hier à la Primature pour discuter du problème de gestion des ordures à Tana. Ce  grand rassemblement devrait donc voir la présence de toutes les parties pouvant être concernées par l’assainissement de la ville, à savoir le ministère de l’Eau, de l’Assainissement, et de l’Hygiène; le Service Autonome de Maintenance de la Ville d’Antananarivo (SAMVA); et la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA). Mais comme par hasard, la Maire de la capitale, Lalao Ravalomanana a brillé par son absence. Et elle n’a pas non plus envoyé de représentant pour défendre la cause de la commune. Pourtant, d’après le Gal Jean Ravelonarivo, la présence de Lalao Ravalomanana ou au moins, des représentants de la CUA, à cette réunion était capitale. «C’est pour mettre en place une meilleure collaboration entre la CUA et le SAMVA afin de trouver ensemble une meilleure solution pour une bonne gestion des ordures à Tana», argumente le locataire du Palais de Mahazoarivo. Il a ainsi déclaré qu’une mesure sera prise pour bientôt.

Légitime. Pourquoi Mme le Maire était-elle absente à ce face-à-face? Le directeur de la Communication de la CUA, Fenosoa Esther Rakotoarimanana apporte des explications. «La commune n’a reçu aucune invitation officielle de la part du Premier Ministre», dit-elle. Avant de rajouter : «Et protocolairement parlant, un Premier Ministre ne doit pas avoir le droit de convoquer un maire élu, en tant que Magistrate de la ville, pour la résolution d’un tel ou tel problème». Toutefois, pour bon nombre d’observateurs, sans tenir compte de ce côté protocolaire, le fait d’avoir invité le Maire à assister à cette réunion était tout ce qui est de plus légitime, «si l’invitation existait réellement».

Aucune notification. En tout cas, le point de vue de la CUA concernant la gestion des ordures à Tana est maintenant clair. Elle ne veut plus rien avoir avec les problèmes qui empêchent le SAMVA d’accomplir sa mission. «De plus, vu que le SAMVA est rattaché au ministère de l’Eau, il appartient donc à ce ministère de trouver des solutions», rajoute-t-on de la part de la municipalité. Le bras de fer continue donc entre la municipalité et ledit ministère. Le Premier ministre déclare que le SAMVA ne peut rien décider sans avoir consulté son Conseil d’Administration. Et la CUA de répliquer qu’elle n’a, jusqu’ici, reçu aucune notification mentionnant que ce soit le maire qui soit le PCA du SAMVA, ou encore membre du CA de celui-ci. Et dans tout ceci, le ministère de l’Eau réclame toujours le versement des Redevances sur les ordures ménagères (ROM) de la part de la commune. Quoi qu’il en soit, l’amoncellement des ordures est rapide à Tana. L’insalubrité est déjà de retour seulement quelques jours après la fin de l’opération « Coup de poing ». Pourtant, aucune solution ne semble être trouvée, à l’issue de cette grande réunion à la Primature. Néanmoins, le Gal Jean Ravelonarivo affirme que ladite opération va continuer, ce, jusqu’à la fin de cette semaine.

Arnaud R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

5 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Avant l’indépendance et quelques années après 1960 Il y a ce qu’on appelle service de la voirie dont le siège est à Anosipatrana (siège de MBS actuel) La ville avait des camions poubelle des camions pour l’assainissement pour les WC (camion spiros) Et ça fonctionne à merveille) Actuellement on parle de SAMVA et c’est la catastrophe

  2. · Edit

    Ianao no mijery vilana Tsy misy mifanilika izany fa efa hatr@ voalohany no tazominny minisiterann’ny rano ny SAMVA. Fanazavana no natolotr’ilay Esther R… fa tsy fanilihana….sa koa ilay voambolana mihitsy no tsy mitovy ?

  3. Quand les parents boivent, les enfants trinquent.

    Oui, c’est la population qui trinque à cause des guerres intestines entre leurs gouvernants qui ont tous un ego surdimensionné.

    Si le Premier Ministre était sincère dans sa démarche pour trouver une solution entre les différentes parties, la CUA aurait tort de refuser la main tendue sous prétexte de règle protocolaire qui n’enfreint aucune Loi.

    Le vahoaka tsy mandady harona se fout de qui est responsable de ceci ou de cela : le vahoaka tsy mandady harona a confié la résolution des problèmes entre les mains de leurs élus, quelle que soit la position hiérarchique de ces élus dans l’organigramme de la gouvernance.

    S’obstiner à se réfugier derrière le protocole, c’est courir devant les mécontentements de ses administrés.

  4. Johanita, asanao ny mandroaka io fako io dia raofy. Aza hahodikodina @ resaka tsisy fotony ny vahoaka.

  5. Samy mifanilaka,ohatry ny kilalaonjaza no fiheveranjareo azy ity.Rehefa Samy tsy hisy handray andraikitra sy tsy mahavita azy: dia Miala daholo.
    Tena tsy matotra hianareo rahetra.

Poster un commentaire