Flambée des loyers : Plusieurs locataires contraints de déménager

Une famille en plein déménagement aux 67ha.
Une famille en plein déménagement aux 67ha.

Les loyers grimpent au point d’obliger certains locataires à déménager.

Du simple au double, les loyers grimpent à Tana, surtout depuis ces cinq dernières années. Ce qui ne facilite pas la vie des locataires qui éprouvent déjà tant de difficultés à se loger à des prix raisonnables. La hausse des loyers est souvent de 20 à 80 %, cette montée en flèche est surtout visible dans les quartiers du centre-ville. Ce qui oblige parfois les locataires à quitter leur appartement ou la case d’habitation. «En un rien de temps, le loyer est devenu hors de notre portée. Le propriétaire de la maison nous a obligé à débourser 180 000 Ar. Alors que vers le mois de juin de l’année dernière, le loyer était encore à 100 000 Ar. C’est trop injuste. Ce qui nous a obligé à quitter la maison, malgré notre attachement à l’endroit. Il est donc préférable pour nous de chercher refuge ailleurs», se désole Niry Randriakotoson, un père de famille qui habitait à Ambondrona. Avec sa famille, ils ont mis le cap à Itaosy, là où le loyer est moins cher. Visiblement, plus l’on s’approche du centre-ville, plus les loyers sont à un autre prix. Et vice versa. Alors, si d’autres ont encore le moyen de chercher une nouvelle habitation avec un loyer abordable, certains n’ont nulle part où aller, au point de devenir des sans-abri.

Intervention de l’Etat. Pour bon nombre de propriétaires de maisons à Tana, revoir à la hausse le loyer est souvent justifié par le fait d’avoir apporté quelques travaux de réparation dans leur propriété. Un geste souvent mal vu par les locataires, surtout si ces derniers estiment qu’ils ne sont pas les causes des travaux en question. Devant une telle difficulté, beaucoup se demandent si l’Etat ne devrait pas enfin intervenir afin d’appuyer ceux qui n’ont pas les moyens suffisants pour faire face à la hausse trop fréquente des loyers, afin de leur permettre de passer un peu plus de temps dans leur lieu d’habitation. Mais jusqu’ici, force est de constater que l’Etat est encore dépourvu d’une politique claire de logements sociaux. Un rêve mal loti pour bon nombre de locataires.

Arnaud R.  

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.