Forte croissance démographique à Madagascar : Des causes liées à la pauvreté!

Jacaranda
La forte croissance du nombre des sans-abris fait même l’objet de débats sur Facebook.
La forte croissance du nombre des sans-abris fait même l’objet de débats sur Facebook.

On pourrait même évoquer une explosion démographique à Madagascar. Sauf qu’il n’existe pas encore de données récentes sur le recensement général de la population.

Une récente enquête nationale de suivi des Objectifs du Millénaire pour le Développement (ENSOMD) a montré que le taux de fécondité des adolescents de 15 à 19 ans à Madagascar est de 163 %0 (pour mille). «C’est l’un des taux de fécondité des adolescents les plus élevés, comparé aux autres pays. Puis, faut-il rappeler que 20,4 % des ados sont entrés dans la fécondité avant l’âge de 15 ans ?», a confié Jean Christian Razafiarison, expert en Population et Développement. Ainsi, l’on est actuellement face à une forte croissance démographique à Madagascar. L’une des causes principales de ce problème est alors la pauvreté, selon cet expert. «Pas besoin de faire une analyse approfondie pour constater que ce sont les sans-abris qui mettent au monde le plus d’enfants. En outre, il y a également la recrudescence des films érotiques et pornographiques qui influence les jeunes à devenir sexuellement actifs. Surtout qu’ils manquent de connaissance en matière de reproduction, de contraception, et d’éducation sexuelle», explique ce démographe. Et oui, à cause de toutes ces raisons, beaucoup d’enfants malgaches naissent et grandissent dans les rues. Ils sont venus au monde sans l’avoir voulu. La plupart sont pourtant livrés à eux-mêmes, en grandissant dans des milieux très pauvres. Cela résulte de la détermination de leurs parents à faire des relations sexuelles, sans toutefois avoir pris la sagesse de procéder à des méthodes contraceptives. Le fait est que ce sont généralement les pauvres qui ont beaucoup d’enfants. Contrairement à la couche moyenne qui n’ont en général que 2 à 3 enfants par foyer.

5 %. Seul 33 % de la population, de 15 à 49 ans, procèdent à l’utilisation des méthodes contraceptives à Madagascar. «C’est tout simplement causé par l’ignorance, principalement chez les jeunes», poursuit le démographe. Et justement à propos des jeunes, lui de confier que l’âge médian (âge moyen) d’entrée au premier rapport sexuel, au niveau national, est de 17 ans. «Ceux qui sont parvenus à atteindre le niveau secondaire ont en moyenne 18 ans lors de leur premier rapport sexuel. Mais ceux qui sont sans éducation ont généralement leur premier rapport sexuel à 16 ans», rajoute Jean Christian Razafiarison. Les Malgaches sont alors sexuellement actifs dès leur jeune âge. «C’est à Analamanga que l’on rencontre le taux le plus élevé de jeunes utilisant des moyens de contraception: 55 %. Par contre, à Androy, 5 % des populations seulement utilisent la contraception», dixit notre expert en Population et Développement.

Dans 3 ans. Madagascar a donc une population principalement jeune, avec une croissance rapide. «Ces dix dernières années, il y a eu une hausse de 2,8 % par an des jeunes de moins de 18 ans. Et à l’heure actuelle, la population active est moins nombreuse que la population inactive». Les dernières données officielles relatives au recensement général de la population malgache datent de 2003. Et le prochain recensement général est programmé dans 2 à 3 ans.

Arnaud R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.