Charbon de bois : Certains quartiers confrontés à une pénurie

Le charbon est devenu une denrée rare à Manjakaray.
Le charbon est devenu une denrée rare à Manjakaray.

Depuis près d’une semaine, l’approvisionnement en charbon de bois est devenu problématique dans plusieurs quartiers d’Antananarivo. Principale source énergétique utilisée pour la cuisine, le charbon de bois est devenu cher voir même introuvable à Manjakaray.

Le charbon de bois est le combustible le plus sollicité par les ménages urbains dont le principal fournisseur de la capitale est la région de Moramanga.  Ces jours-ci, cette source d’énergie manque dans le quartier de Manjakaray, entrainant une flambée des prix dans les rares points d’approvisionnement. Et depuis près de 15 jours, le prix du sac ne cesse d’augmenter. Selon Sahondra, détaillant de charbon « il y a 15 jours, on vendait le sac de charbon à 15 000 ariary et jeudi dernier, le prix grimpait jusqu’à 25 000 ariary ». Depuis lundi matin, il ne restait plus que deux vendeurs de charbon au détail ouverts dans ce vaste quartier de Manjakaray. A Sahondra de continuer « nous achetons maintenant des charbons chez les grossistes à Amboditsiry, un quartier voisin et depuis lundi, nous ne vendons plus de charbon en sac mais seulement au détail ». A cause de la rareté du charbon dans plusieurs points de vente, les ménagères font la queue chaque matin sur les lieux de vente de ce produit.

Une denrée rare. Les quelques jours d’intempéries ont favorisé la flambée des prix du charbon dans la capitale. Le charbon de bois est en train de devenir une denrée rare à Manjakaray. Aujourd’hui dans les quelques marchés encore ouverts de ce quartier, trouver ce combustible incontournable dans les foyers relève du parcours du combattant. Françoise, une ménagère, reconnaît qu’elle souffre de cette cherté du charbon. «Avant, j’en achetais 1 000 Ariary et maintenant, j’achète entre 1 500 à 2 000 Ariary de charbon mais cela ne me suffit même pas pour la journée. Ce qui est pire aussi c’est de devoir faire le tour et faire la queue pendant plusieurs dizaines de minutes pour avoir du charbon ». Même les vendeurs détaillants souffrent de cette situation. Andry, un vendeur au détail se plaint « nous sommes obligés d’augmenter le prix du charbon. Et même avec cela, je ne gagne pas comme d’habitude ». D’après nos sources, la rareté du charbon coïncide avec les récoltes dans les zones de production.

Nirina Rasoanaivo

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.