Début des vacances scolaires : Un réel manque de structures de loisirs pour les enfants

Jacaranda
 En attendant de partir en vacances à la plage ou ailleurs, les enfants doivent aussi occuper leur journée autrement que devant la télévision, pendant que les parents travaillent.
En attendant de partir en vacances à la plage ou ailleurs, les enfants doivent aussi occuper leur journée autrement que devant la télévision, pendant que les parents travaillent.

Occuper les enfants déjà en vacances, ou assurer la garde ces derniers durant la journée, voilà un problème auquel sont confrontés depuis le début des vacances scolaires, les parents d’enfants en bas âge qui exercent une activité professionnelle à temps plein.

 

La quasi-totalité des écoles privées d’expression française et tous établissements suivant le système français sont maintenant en vacances. Depuis la fin du mois dernier, voire dès la mi-juin, les écoliers ont délaissé livres, cahiers et cartables pour goûter aux joies des grandes vacances. Les élèves des écoles du système scolaire malgache ne tarderont pas à leur emboîter le pas, dans quelques jours. Commencent aussi les petits soucis des jeunes parents exerçant des activités professionnelles assez prenantes. Eux, qui ne sont pas encore en congé pour les vacances, devront alors organiser la vie du ménage et prévoir de quoi occuper les enfants et assurer leur garde durant la journée pendant qu’ils sont au travail. En effet, les centres aérés et autres centres de loisirs pouvant accueillir les enfants pendant la journée, ne sont pas légion à Antananarivo et encore moins dans les localités régionales. Certes, il existe des centres d’animation et de loisirs qui proposent aux enfants des jeux, en majorité en extérieur, il manque toujours aux habitants des zones urbaines, des endroits suffisamment accessibles et situés par trop loin de chez eux, où les enfants peuvent s’occuper et s’amuser par le biais de jeux ludiques et attractifs, de jeux de groupe et autres activités manuelles telles des activités de loisirs créatifs, comme il en existe dans d’autres pays. Ou quand de telles structures existent, le coût des inscriptions, ou de l’accès à ces lieux s’avère hors de la portée de la majorité des familles. Un créneau à creuser pour les professionnels de l’animation pour enfants.

 

Grands-parents. Les parents d’enfants âgés d’environ 3 à 12 ans, très pris par leurs activités professionnelles durant la journée, ou ceux qui n’ont personne pour garder leurs enfants chez eux pendant les heures de bureau, sont les plus concernés par ce manque de structures de loisirs pour enfants. Durant la période scolaire, en effet, le problème ne se pose pas dans la mesure où les enfants sont à l’école dès le matin, déjeunent à la cantine, ou emportent de chez eux leur déjeuner et le prennent à l’école et terminent leur journée aux environs de 15h30 à 16h30.  Un horaire qui laisse aux parents le temps d’arriver à l’heure de la sortie pour récupérer leurs enfants en fin de journée.  Mais quand les vacances débutent, une réorganisation s’impose pour ces familles. Quelle alternative reste-t-il alors aux ménages confrontés à ce problème de garde des enfants ou d’activités pour les occuper ? Pas grand-chose, finalement, à quelques exceptions près. Sauf peut-être d’envoyer les enfants chez les grands-parents, ou de faire venir ces derniers pour garder – et gâter !- les enfants, en attendant que les parents soient, à leur tour, disponibles pour quelques semaines de vacances !

Hanitra R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.