Salon des métiers et de la formation : Orienter les jeunes vers la création d’emplois


Jacaranda

Près de 1.200 visiteurs ont été enregistrés durant les deux jours du salon.
Près de 1.200 visiteurs ont été enregistrés durant les deux jours du salon.

60% de la population malgache sont des jeunes et 80% de ces jeunes sont inactifs. Actuellement, environ 3 millions des malgaches sont des chômeurs ou sous-employés.

« Madagascar dispose de près de 60 millions d’ha de terre agricole qui attendent de grands projets. Pourquoi ne pas donner aux jeunes l’opportunité d’exploiter ces terres ? », se demande Haritiana Rakoto Andrianarivelo, présidente de l’association Ny Hoavi’Ntsika. Pour cette dixième édition du Salon des métiers et de la formation, l’organisateur se penche vers l’orientation des jeunes dans la création d’emplois notamment dans le secteur primaire. Un des grands problèmes rencontrés par ces jeunes fraîchement diplômés est le manque de moyens et de compétence. « Est-ce que le ministère de l’Agriculture a des programmes pour les jeunes désireux de s’investir dans le milieu rural ? », se demande la présidente de l’association. Durant les deux jours du salon, des formateurs en matière d’agriculture et d’élevage y ont participé. Le Malagasy Professionnel de l’Elevage, participant au salon propose une formation dans l’élevage à cycle court c’est-à-dire ayant des résultats après 6 mois. « Notre objectif est d’inciter les jeunes à l’auto-emploi. Après la formation, nous donnons des conseils et faisons un suivi », explique Zo Andriamalala, technicien formateur au sein du MPE Nanisana. Outre cela, le financement reste une difficulté majeure dans la création d’entreprise.

1.700 emplois. En deux jours, les jeunes et les moins jeunes se sont rués au Carlton Anosy dans l’espoir de décrocher un travail. Cette année, 42 entreprises y participent et environs 1.700 emplois sont à pourvoir. « Ce sont surtout les emplois liés à la Nouvelle Technologie qui attire les jeunes d’aujourd’hui », se plaint Haritiana Rakoto Andrianarivelo. Outre les grandes entreprises qui offrent des opportunités aux jeunes, des centres de formation ainsi que des investisseurs ont également participé à ce dixième salon. Pour ce dernier, il y a le Kapital Plus-Plus, une plateforme de crowdfunding et financement participatif. « Chez nous, tous les projets sont éligibles qu’ils soient des projets sociaux ou des projets économiques comme l’agrobusiness, le transport, l’exportation, le call center,…Nous informons les intéressés sur les possibilités de financement qui s’offrent à eux », explique Sydonie Randrianarisoa. Après l’analyse du projet, Kapital Plus-Plus aide le porteur de projet à collecter des fonds pour réaliser ledit projet. Le système de crowdfunding est encore un phénomène récent à Madagascar. La dixième édition du salon des métiers et de la formation a été clôturée hier, au Carlton Anosy, sous le thème « l’emploi : Vecteur de développement».

Nirina Rasoanaivo

Share This Post

Post Comment