Zika : Les chercheurs sur la bonne piste du vaccin


Un cas de bébé présentant une microcéphalie au Brésil où plus de 900 cas similaires ont été confirmés depuis le début de l’épidémie.
Un cas de bébé présentant une microcéphalie au Brésil où plus de 900 cas similaires ont été confirmés depuis le début de l’épidémie.

Les risques de voir les athlètes aux Jeux Olympiques de Rio ramener chez eux le virus du Zika sont limités, assure l’OMS.

Bientôt un vaccin pourra être développé pour se protéger du virus Zika. Si à Madagascar, aucun cas d’infection par ce virus n’a été jusqu’ici observé, la tenue des Jeux olympiques à Rio, au Brésil, a amené certains à se demander s’il existe des risques que le virus ne soit ramené au pays après les jeux. Un risque négligeable et tout à fait gérable, estime la directrice de l’OMS, il y a quelques jours, face à des questions que se posent les plus angoissés à l’idée de contracter le virus Zika dans les zones où il est présent, comme c’est le cas pour le Brésil. Les possibilités de voir arriver un vaccin ne sont plus du domaine de l’hypothétique, si l’on se réfère aux avancées récentes des recherches. En effet, trois vaccins expérimentaux testés récemment chez les primates ont apporté une protection complète contre le virus Zika. Des essais sur l’homme pourraient démarrer d’ici à la fin de l’année. Aux deux vaccins expérimentaux déjà testés chez l’homme le mois dernier, s’ajoute un troisième dont les essais sur des primates ont permis de conclure à une protection totale chez ces derniers. Il s’agit d’un vaccin développé par une équipe de recherche composée d’infectiologues du Centre médical de Beth Israel Deaconess, à New York, de l’Institut recherche militaire Walter Reed (WRAIR) aux Etats-Unis et l’université de Sao Paulo (Brésil). Cette équipe de scientifiques a déjà démontré l’efficacité de deux vaccins expérimentaux chez la souris et cette fois, c’est la troisième, testée chez le singe qui a abouti à ces résultats prometteurs.

Deux souches. Le vaccin expérimental en question contient le virus inactivé. Les chercheurs l’ont d’abord testé chez 16 singes dont huit ont reçu le vaccin, tandis que les huit autres, un placebo. En deux semaines, le système immunitaire des cobayes a produit des anticorps contre le virus Zika et davantage après une seconde injection, un mois après la première. Les singes ont, par la suite, été exposés à la fois à une souche du virus Zika présente au Brésil et à une autre souche présente à Porto Rico. Ni le sang, ni l’urine, ni les sécrétions des animaux, après exposition, n’ont révélé de trace du virus. Bref, les essais ont permis de renforcer le système immunitaire des primates vaccinés.

Rappelons que l’infection au virus Zika, en majorité asymptomatique, peut provoquer chez certains individus, des symptômes ressemblant à ceux d’autres arboviroses. La plus grande crainte réside surtout chez les femmes enceintes, le virus pouvant causer une malformation cérébrale chez le fœtus. Tout récemment, deux bébés sont nés en Californie (Etats-Unis), avec une microcéphalie provenant du virus Zika contracté par leurs mères hors de ce pays.

Recueillis par Hanitra R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.