ONG FAMI : Plus de 300 enfants rachitiques diagnostiqués chaque année

Jacaranda
Le Père Julian Cadenas et Dr Lilli Anne Daniel R. avec des enfants handicapés lors de la consultation organisée en début du mois de juillet dernier.
Le Père Julian Cadenas et Dr Lilli Anne Daniel R. avec des enfants handicapés lors de la consultation organisée en début du mois de juillet dernier.

Cette année, 25 enfants rachitiques sont pris en charge par l’ONG FAMI ou « Fikambanana ho an’ny Ankizy MIvoatra », sise dans à Tsiroanomandidy. Une fois par an, l’ONG FAMI en partenariat avec le Centre de rééducation Motrice de Madagascar (CRMM) d’Antsirabe prennent en charge le redressement des courbures rachitiques des membres inférieurs chez les enfants ayant ce handicap. « Près de 300 enfants sont emmenés à Antsirabe pour une consultation et nous prenons en charge toutes les dépenses liées à cela. Puis, une vingtaine d’enfants bénéficieront d’une opération, des rééducations et sont dotés d’appareillages gratuitement », explique le Dr Lilli Anne Daniel R. responsable de projet de l’ONG FAMI. Pour cette année, 17 filles et 8 garçons resteront au Foyer Bon remède pendant deux ans, dont le cadet est âgé de 3 ans et l’ainé de 15 ans. « Comme ça, nous suivrons de près l’évolution de chaque enfant. Nous disposons d’une salle de rééducation spécialement pour eux et ils sont également scolarisés au Centre. Les parents peuvent visiter leurs enfants selon leur disponibilité. Toutefois, ils ne peuvent pas les emmener hors du centre », poursuit-elle. Le rachitisme nuit au développement des muscles, du crâne et des dents. Les enfants qui en souffrent peuvent difficilement marcher. Ces enfants viennent de plusieurs régions de la Grande île comme de Vakinankaratra, de Melaky, de Menabe, d’Itasy ou encore de Bongolava.

Devenir indépendant. Jean Fredi fait partie de ces enfants ayant un handicap physique. Âgé actuellement de 23 ans, il est accueilli au Centre Bon remède depuis 5 ans déjà et a suivi des opérations chirurgicales à Antsirabe. Il est atteint d’une malformation depuis sa naissance. Il a des jambes arquées et des os fragiles, qui peuvent facilement se fracturer, ceux qui l’empêchaient de faire des mouvements. « Avant, j’avais des difficultés même pour m’asseoir, je dépends toujours des autres mais maintenant, je peux marcher », raconte Jean Fredi. Son rêve, c’est de pouvoir travailler comme tout le monde, sans dépendre de personne. A noter que l’ONG FAMI, créée en 1996 à Fenoarivo Be par le Père Julien Cadenas travaille actuellement à Itasy, Analamanga, Bongolava, Diégo, Toamasina et Mahajanga. Cette année, elle célèbre ses 20 ans d’existence sous le slogan « fanasoavana mitondra fampivoarana ». « Outre la consultation et la prise en charge des enfants handicapés, nous travaillons également dans la lutte contre la malnutrition et la santé maternelle, en partenariat avec les projets PAUSENS et PASMI », explique Yvette Razafitsalama, Présidente du Conseil d’Administration de l’ONG.

Nirina Rasoanaivo

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. BONNE CONTINUATION..Père J. Cadenas et Dr A.Daniel R.!!!
    Soulagez ces enfants qui souffrent…pour qu’ils retrouvent un BRIN de justice sociale.!!!

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.