Normes électriques et télécommunications : Établissement des directives de référence

Les infrastructures électriques et télécommunications sont loin d’être épargnées à chaque passage de cyclones. Les vents sont devenus de plus en plus destructeurs et entraînent des coupures d’électricité et de communications téléphoniques. Ces installations sont des cibles vulnérables aux effets des cyclones. « Elles doivent faire l’objet de dispositions spécifiques pour garantir le maintien de leur fonctionnement. Elles devraient mieux prendre en compte les risques climatiques. De ce fait, des dispositions techniques et réglementaires devront ainsi être mises en place pour assurer l’intégration de l’aspect ‘’ risques climatiques’’ dans la construction, la mise en place et la gestion des infrastructures », selon Mamy Razakanaivo, secrétaire exécutif de la cellule de prévention et la gestion des Urgences à la primature (CPGU). Dans le cadre de la mise en œuvre du projet d’Urgence pour la Préservation des Infrastructures et Réduction de la vulnérabilité (PUPIRV) – Sous Composante A3, un atelier de validation de la directive pour les installations électriques et de télécommunication résistante aux effets des aléas climatiques a eu lieu hier au DLC Anosy. Disposant d’un document de type normatif qui va permettre d’optimiser la pérennité et de renforcer la résilience des ouvrages face aux aléas comme les cyclones, la foudre, le tsunami, le séisme sur la construction, la conception et l’exploitation des installations, tel est l’objectif de l’établissement de ces normes.

Nirina Rasoanaivo

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.