Revendications des enseignants : La plateforme syndicale convoque une assemblée générale

Les 13 syndicats réunis dans la plateforme syndicale de l’éducation n’ont obtenu aucune réponse positive venant des autorités compétentes par rapport à leurs revendications.

« Aucune réponse favorable, 1% de nos requêtes a été seulement entendu par les autorités compétentes », affirme Arsène Ratolojanahary de la plateforme syndicale auprès du ministère de l’Education Nationale (MEN), hier, devant la presse. Cette plateforme qui réunit 13 syndicats convoque tous les enseignants pour une assemblée générale les 26 et 27 septembre prochain à l’INFP Mahamasina. « Force est d’admettre que l’État ne nous considère pas. Cette assemblée sera l’occasion pour nous de prendre les décisions quant à nos demandes non satisfaites concernant surtout la révision des différentes indemnités mensuelles à 100 000 Ariary minimum, notamment des indemnités forfaitaires de résidence, d’enseignement, de risque et d’éloignement ainsi que des indemnités de craie, ou encore de logement…», ajoute-t-il. « Les enseignants ne reçoivent plus les salaires qu’ils méritent alors que ce sont eux qui ont façonné les leaders de notre pays », lance Paul Beanjara, vice-président de la confédération des syndicats des agents de l’État.

Droit syndical. « Des efforts ont été faits pour répondre aux revendications des syndicats des enseignants pour ne citer que les formations, les bonifications, l’amélioration de la qualité de l’éducation, la mise en valeur des enseignants et des syndicats… Toutefois, nous ne pouvons pas répondre au MEN, car plusieurs entités en sont concernées comme le ministère de la Fonction publique, celui du Budget et des Finances, la Chambre basse, ou encore le Sénat », explique le Dr Todisoa Andriamampandry, directeur général de l’Education Fondamentale et de l’Alphabétisation (DGEFA) auprès du MEN. Comme tout syndicat, la plateforme a le droit à la grève et à la revendication. « Les diverses rencontres pour résoudre une bonne fois pour toutes ces revendications continuent. Toutefois, la plateforme doit être consciente que le pays vient de passer un moment difficile. Ce n’est pas du jour au lendemain que nous aurons des réponses à vos demandes », a-t-il poursuivi.

Nirina Rasoanaivo

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.