Centre Vonjy Toamasina : 17 enfants victimes de violences sexuelles

Le Centre Vonjy de l’Hôpital-Be de Toamasina peut également engager des poursuites judiciaires contre les auteurs des violences sur les enfants.
Le Centre Vonjy de l’Hôpital-Be de Toamasina peut également engager des poursuites judiciaires contre les auteurs des violences sur les enfants.

Ce nombre représente seulement les cas répertoriés de violences sexuelles sur les enfants à Toamasina.

En neuf mois, le Centre Vonjy du Centre Hospitalier Universitaire Analakininina de Toamasina, a enregistré 17 enfants mineurs ayant été victimes de violences sexuelles. Une situation non moins alarmante surtout qu’à Madagascar, 14% des filles de 15 à 19 ans sont victimes de violences sexuelles (2012). «Pour le premier trimestre, on a enregistré 11 enfants, puis 2 pour le deuxième trimestre. Et pour le troisième trimestre, il y en a eu quatre. Ce qui donne en tout ces 17 enfants. Ils sont tous mineurs et ont été en général victimes de viol et d’agression sexuelle», a confié le Pr Jean de la Croix, directeur d’établissement auprès du CHUAT. Avant de continuer: «Nous avons fait partie de ceux qui ont fait les démarches nécessaires pour l’installation du 1er Centre Vonjy dans le CHU-Befelantanana en ayant effectué des plaidoyers auprès de l’Unicef. Et nous avons également procédé de la même manière pour la mise en place de ce Centre. Et voilà le résultat». Ce Centre de prise en charge intégrée des enfants victimes de violences sexuelles de Toamasina est doté d’un service d’assistance sociale chargé de mener les enquêtes nécessaires sur les victimes au niveau de leurs lieux d’origine. Puis, le service juridique du Centre s’occupe d’engager une poursuite judiciaire si besoin est. Et dans le cas où les victimes présenteraient d’importantes blessures, elles sont immédiatement évacuées auprès du service de la maternité de l’hôpital.

22 régions. En effet, tous les services offerts dans ce centre sont gratuits. L’Unicef dont l’objectif est d’améliorer la prévention et la réponse à l’exploitation des enfants, en particulier l’exploitation sexuelle, contribue aux appuis sur la gestion financière et les ressources humaines de ces centres. «L’Unicef continuera à mettre en place d’autres services de prise en charge intégrée dans les chefs-lieux de provinces dont les statistiques sur les violences sexuelles sont élevées et invite aussi les partenaires techniques et financiers à s’y pencher pour mieux couvrir les 22 régions afin de pérenniser cette lutte contre la violence sexuelle à l’égard des enfants», a affirmé Elke Wisch, représentant de l’Unicef à Madagascar, lors de son discours au nom de tous les partenaires. Après celui de l’Hôpital-Be de Toamasina, d’autres centres du même genre seront également inaugurés officiellement à Mahajanga, Nosy-Be et Fort-Dauphin. Le Centre Vonjy de Toamasina a été inauguré par le président de la République de Madagascar, Hery Rajaonarimampianina, le premier ministre, Olivier Solonandrasana, tous deux accompagnés de leurs épouses respectives, quelques membres du gouvernement et la représentante résidente de l’Unicef.

Arnaud R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.