Salon de la recherche : La recherche comme levier de développement

L’université d’Ankatso, un berceau de la recherche.
L’université d’Ankatso, un berceau de la recherche.

La 3e édition du Salon se lance le défi d’apporter des innovations par rapport aux deux précédentes. Une façon pour les organisateurs de démontrer l’importance de la recherche dans le développement social, économique et culturel, mais surtout un moyen intelligent d’institutionnaliser ledit Salon.

La situation actuelle de l’emploi et du monde de la recherche est plus que préoccupante. L’inadéquation entre les besoins des entreprises et le système éducatif présent, des profils de nouveaux diplômés ne répondant pas auxdits besoins, l’insuffisance de budget alloué par l’Etat au secteur de la recherche en sont généralement les causes. A titre indicatif, « l’Etat n’alloue en effet que seulement 0,014% du budget des Universités à la recherche » fait savoir le Pr Panja Ramanoelina, président de l’Université d’Antananarivo. Une participation insignifiante par rapport à ce qui se passe dans les pays développés où l’on consacre des milliards de dollars pour ce domaine.

Un salon qui sert d’exemple. Fruit du partenariat entre l’Université d’Antananarivo, le Bureau Pays de l’Organisation Internationale du Travail, le FIVMPAMA (Fivondronan’ny Mpandraharaha Malagasy) et le GEM ou Groupement des Entreprises de Madagascar, la 3e édition du Salon de la recherche aura lieu les 20 et 21 octobre prochain à l’esplanade de l’université.

Un événement qui, selon Roquie Evelyne Rabemanantsoa, présidente du conseil d’administration de l’Université d’Antananarivo, « sera l’opportunité de mettre en évidence l’importance des recherches dans le développement du secteur des entreprises». Selon toujours ses dires, ce Salon constitue «un carrefour entre le monde des entreprises et celui des recherches ». Il ambitionne de « créer des emplois pour les jeunes ». Des propos qui sont appuyés par le Directeur pays de l’Organisation Internationale du Travail, Christian Ntsay. Celui-ci affirme en effet que « l’initiative a pour objectif de redynamiser et de mettre en parallèle une croissance soutenue avec la création d’emplois ».

Une vision positive. Axé sur quatre secteurs clés : l’agribusiness, la santé, le BTP et l’énergie renouvelable, le Salon de la recherche de cette année tentera donc de consolider les acquis des deux précédentes éditions. Un processus qui se fera par la création et la mise en place d’une plateforme d’échange et de partenariat entre les entreprises du secteur privé et le monde de la recherche.

Des activités comme des expositions de produits de recherches, des projections de films sur diverses thématiques ainsi que des concours vont être à l’honneur. Le but étant de démontrer aux visiteurs les enjeux du partenariat entre les entreprises et les chercheurs. Un partenariat qui n’est toutefois pas faisable sans la volonté et la détermination des deux parties. Un partenariat qui devrait être « win-win » d’après le vice-président du GEM et membre du Conseil d’Administration de l’Université d’Antananarivo, Rachid Mouhtajy.

José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.