ONG Saint Raphael Madagascar : La deuxième promotion du YCLT est sortie officiellement

Certificat en main, les YCLTiens affichent la volonté d’être des acteurs du changement
Certificat en main, les YCLTiens affichent la volonté d’être des acteurs du changement

Doté les jeunes des outils nécessaires afin qu’ils soient des acteurs du développement. Et ce, pour valoriser les cultures malgaches. Tels sont les objectifs du YCLT ou Youth Cultural Leadership Training.

« Les jeunes constituent l’avenir de ce pays ». Une expression que l’on entend souvent mais qui n’est toutefois pas suivi de dispositions adéquates venant de ceux qui l’expriment.  Oui, les jeunes constituent vraiment l’avenir de notre pays. Mieux, ils forment leur « présent ». Il est cependant désolant de constater à quel point les jeunes manquent de capacités et de compétences lorsqu’il s’agit de faire face à la vie que ce soit professionnelle ou communautaire. Le système éducatif en est une cause. Ce que les membres de l’ONG Saint Raphaël Madagascar ont compris. Car, ils ont pris l’initiative de doter des jeunes ambitieux de devenir des leaders dans leurs domaines d’activités respectives d’outils de leadership, de développement personnel et de communication. Et ce, dans l’objectif de faire d’eux des « acteurs de changements au sein des sociétés Malgaches ».  Ainsi, dans son activité, ladite ONG a officiellement présenté 16 jeunes fraîchement enrichis le vendredi 28 octobre dernier. Issus du programme de formation YCLT ou Youth Cultural Leadership Training, ils vont « œuvrer pour le développement de Madagascar, en général, et de leur communauté en particulier » ajoute Christiane  Ramamonjison, présidente et co-fondatrice de l’ONG Saint Raphaël Madagascar.

Culture.  « La valorisation des cultures malgaches afin de faire d’elles des leviers de développement, c’est ce qu’ambitionne également YCLT » affirme  la jeune présidente. Cela viendrait du constat selon lequel, les cultures locales se meurent à petit feu face à la pression et à l’impérialisme des cultures occidentales. La démarche aurait donc consisté à faire comprendre aux jeunes du programme de formation l’importance de la culture dans le processus de développement. Ladite « culture étant leur vécu quotidien » ajoute Christiane Ramamonjisoa. Un message qui semble être transmis car d’après Diary Frédéric Andrianjafy, un jeune participant au programme, « à l’instar des autres pays tels que les Etats-Unis d’Amérique, le respect  et la valorisation de la culture permettraient un réel développement ». « Ce qui n’est pas le cas chez nous car il y a un certain manque de volonté politique de faire de la culture un levier de développement » se désole le jeune YCLTien. Espérons qu’ils feront preuve de ténacité face à un public majoritairement peu intéressé à tout ce qui concerne la culture.

José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.