Région Anosy : Un Dina pour la sauvegarde de l’environnement

L’absence de pluie actuellement à Taolagnaro figure parmi les conséquences des changements climatiques subie par la région Anosy

Madagascar figure parmi les pays victimes, les plus touchés, par les effets du changement climatique. Lesdits effets se ressentent de plus en plus dans la région Anosy. 

Produits des aléas climatiques et surtout des actions des hommes (par les tavy et les feux de brousse dans le cas malgache), les changements climatiques provoquent des difficultés en sus de ce que les malgaches vivent déjà. La pénurie d’eau qui a sévi dans la capitale de l’Anosy il y a tout juste un mois en est une parfaite illustration. En effet, « à cause du tarissement des sources de Lagnirano et de Lakandava » où la Jirama puise l’eau devant approvisionné la population de Taolagnaro, le ravitaillement en eau n’a pas pu se faire durant des jours. « Une situation qui a failli provoquer la révolte chez les habitants de la ville » d’après le maire, Georges Mamy Randrianaina constituent la première cause. Ce que le chef de Région d’Anosy a affirmé selon lequel « la destruction des bassins versants, qui est la conséquence de l’action humaine (déforestation, tavy et feux de brousses), est l’une des premières causes de la situation ».Le projet de mise en place du Dina pour la préservation de l’environnement dans la région d’Anosy tenterait de remédier à ce problème en partant de la base.

Participative. Initié par la région d’Anosy, ce projet « entendrait faire participer » tous les acteurs de la vie publique. « Etant donné que l’environnement, sa sauvegarde, est l’affaire de tout un chacun, nous comptons consulter tous les acteurs : de simples citoyens aux organisations de la société civile en passant par les autorités locales » a lancé le Chef de Région AnosyJulio TanjaniainaRazafindramaro. Une façon pour ladite région de « responsabiliserla  population quant à la lutte contre la destruction de l’environnement ».Une lutte qui ne doit pas se cantonner à des journées de reboisement mais qui nécessite l’application de sanctions et de mesures restrictives contre les auteurs des actions de déforestation. Ainsi, le Dina devant être mis en place se voudrait être sévère et stricte en réprimant les récalcitrants. « Des clauses de répressions sont envisageables dans ce Dina car c’est la population de l’Anosy toute entière qui subit les conséquences des actions d’une minorité de personne » a enchéri le chef de région Julio Razafindramaro. Outre ce projet de mise en place du Dina, la région « voudrait mettre dans sa priorité le reboisement des zones aux alentours des bassins versants de Lakandava ». Etant donné que le fond du problème de la destruction de l’environnement est d’origine structurelle, il est temps que tout un chacun prenne ses responsabilités. Car les effets des changements climatiques ne sont plus à démontrer. L’heure est à l’action et non à la recherche de responsable. Tout le monde est responsable !

José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.