Prise en main des autistes : L’association Autisme Madagascar donne l’exemple

La situation actuelle de Madagascar en matière d’autisme est déplorable. En effet, le pays ne dispose pas de « médecin spécialiste en la matière, de plus aucune donnée statistique tangible concernant ce cas ». « Une initiative qui est du ressort du ministère de la Santé publique » pourtant d’après  Mbolatiana Raveloarimisa, Présidente de l’association Autisme Madagascar. Et ce, même si l’autisme représente un véritable défi de santé publique face auquel il est urgent de répondre. Pour le cas de Madagascar en particulier, les chiffres enregistrés (pas fiables et non officiels) démontrent un cas sur 53 enfants. Le projet « Autisme Tour 2017, formation, renforcement et diagnostic gratuit » tendrait de pallier cette « grosse lacune » en matière de statistique, mais aussi en matière de prise en charge. 

Appui. Initié grâce, en partie au financement de l’Union européenne, le projet Autisme Tour 2017 va consister en un diagnostic gratuit de 100 enfants et à l’organisation de trois séminaires pour les étudiants en psychologie et travail social. L’évènement sera également une occasion pour un expert international, invité spécialement par l’association, de s’atteler à des séances de partage de pratique et de connaissance sur le diagnostic des cas d’autisme à 50 acteurs dans les régions d’Analamanga et d’Alaotra Mangoro. Un moyen pour l’association de « vulgariser le savoir-faire en la matière» d’après toujours les dires de Mbolatiana Raveloarimisa. Et qui va se réaliser grâce à un spectacle gratuit durant lesquels 13 artistes vont se relayer au jardin d’Antaninarenina le 28 avril prochain et à un « roadshow » parcourant la Ville des mille le 29. Par ailleurs, une urne va accueillir la participation personnes de bonne volonté durant le spectacle. Elles pourront également participer via des virements mobiles au numéro 034 89 335 24 ou au 033 29 073 18. Rendez-vous est donc donné aux Tananariviens les 28 et 29 avril prochain au jardin d’Antaninarenina où ils pourront « joindre l’utile à l’agréable ».

José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.