Manifestation du 1er mai : Vers un renouveau du syndicalisme à Madagascar ?

Jacaranda
L’année 2017 s’annonce décisive pour le mouvement syndical.

Le mouvement syndical tente tant bien que mal de faire valoir leurs droits aux travailleurs malgaches. Une lutte de longue haleine qui n’arrive toujours pas à terme.

« Nous ne resterons plus à l’interpellation. Nous allons désormais  agir ! ». Tels étaient les messages lancés par les leaders syndicaux lors de la manifestation dans le cadre de la journée mondiale du travail hier à Antsahamanitra. Lesdits messages lancés à l’endroit des différents « patrons » dont bon nombre d’entre eux ne respectent pas encore les droits de leurs employés. En effet, la situation professionnelle de milliers de travailleurs malgaches est déplorable. Salaires insuffisants (avec un minimal de 155 000 ariary d’un côté et une cherté de la vie de l’autre), travail loin d’être décent, non-respect de différents droits par les employeurs (droit de grève ou de congé par exemple) une partie des difficultés que la majorité des employés malgaches doivent vivre au quotidien. Et qui sont criées par Lovasoa Fetra, secrétaire générale adjoint auprès du FISEMA selon quoi « le salaire minimal de 155 000 ariary ne permet pas du tout à une famille de vivre ». « C’est à peine si cela peut permettre de tenir une semaine » a-elle enchéri. Outre les interpellations (travail décent, mise en place du CPS, alignement des grilles indiciaires dans la fonction publique) lancées à l’endroit des personnes concernées, la journée d’hier était donc une opportunité pour les différentes organisations syndicales de mobiliser leurs membres, d’en recruter d’autres et d’informer les employés venus sur place sur la nécessité d’intégrer le syndicalisme malgache.  

Renouveau. Le message clé de la journée d’hier consistait également à l’annonce d’un changement significatif dans le mouvement syndicale à Madagascar. Ledit changement consiste une « unification des efforts, surtout des groupes, syndicats dans le long processus de lutte déjà lancé » selon Lovasoa Fetra. Ce qui sous-entend la réunification des différents syndicats autour d’une nouvelle structure d’un côté mais aussi d’un changement d’approche de l’autre. Et dans ce dernier volet, une campagne de sensibilisation à la source (auprès des travailleurs), de renforcement des capacités des membres et d’information des travailleurs qui n’ont pas encore intégré la marche syndicale vont être effectués. Victime du célèbre dicton « diviser pour régner » et politiser, la lutte syndicale est encore faible à Madagascar et les situations des travailleurs malgaches en sont les conséquences. Cette année s’annonçant décisive pour cette lutte, les syndicalistes malgaches pourraient-ils réussir les paris lancés dans ce qu’ils appellent « leur renouveau » ? Affaire à suivre.

José Belalahy

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.