Centre FIVOARANA Ambositra : La première promotion prend son envol

la première promotion du centre FIVOARANA Ambositra

La formation professionnelle constitue l’un des moyens permettant une meilleure intégration des jeunes dans le monde du travail.

A l’instar des jeunes de différents pays du monde, les jeunes Malgaches font actuellement face à une crise de l’emploi. Une situation handicapante qui entrave en premier lieu l’épanouissement des jeunes. Mais également sur le développement économique et social du pays. Car sans emploi, ils constituent des charges aussi bien pour leurs familles que pour l’Etat. Favoriser les formations professionnelles permettrait dans ce cas de pallier à cette situation. Ce que la coordinatrice de l’Antenne de l’UNESCO à Madagascar a rappelé sur la dimension non seulement de la formation mais surtout de l’insertion professionnelle. « Il est nécessaire d’améliorer la qualité de la formation et de garantir sa pertinence au regard des besoins locaux » a-t-elle martelé. C’est dans cette optique que la formation dans la filière « avicole » et « pépinière » a été initiée au sein du Centre de Formation Agricole et Artisanale Fivoarana de Moramanga. Appuyée par l’UNESCO dans le cadre du programme CapED/EFTP avec le partenariat du projet Ambatovy, ladite formation entre dans le cadre de la mise en œuvre de la Politique Nationale de l’Emploi et de la Formation (PNEFP).

Politique. En effet, une reforme profonde des établissements existants et à créer font partie des engagements de ladite politique dans son axe 5. Ce qui pourrait permettre un changement conséquent dans leur mode de gestion et leur statut mais surtout leur permettre un renforcement des capacités en lien avec les acteurs locaux. L’engagement pourrait également permettre de répondre à des demandes de compétence, de l’autodétermination de chaque établissement et leur capacité à assumer seul la planification de leur projet ainsi que leur réalisation dans le temps. Une politique qui a été prise en compte par les cadres du centre FIVOARANA qui a mis en place un projet d’établissement afin d’implanter des filières de formation répondant aux besoins des opérateurs économiques et surtout de l’économie locale.

Sortie. 84 jeunes (dont 55% sont des filles) ont pu bénéficier de la formation dans la filière « avicole » et « pépinière » dispensée au sein du centre de formation FIVOARANA. Une première promotion pour ledit centre qui a bénéficié d’un appui technique et financier dans le cadre du Programme CapED/EFTP ou Programme de renforcement de Capacités pour l’Education financé par l’UNESCO. Ce dernier entre en étroite collaboration avec plusieurs ministères et d’autres programmes comme FORMAPROD du ministère auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage en appuyant des centres de formation professionnelle pour le développement des compétences et l’insertion professionnelle des jeunes ruraux déscolarisés. Certificats en mains, ces jeunes pourraient donc affronter le monde du travail. Un univers qui leur est de plus en plus difficile à percer actuellement.

José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.