Règlement sanitaire international : Objectifs atteints pour l’évaluation externe conjointe

Madagascar a franchi un pas de plus dans le renforcement de son système de santé publique, notamment en ce qui concerne la sécurité sanitaire. Une sécurité sanitaire qui est amenée à être remise en question face à la multiplication des menaces de santé publique avec la globalisation et les effets du changement climatique.

L’atelier d’évaluation externe conjointe (ECC) concernant la mise en œuvre par le pays du Règlement  sanitaire International RSI s’est achevé vendredi sur un fond d’optimisme en dépit de tous les travaux de fond qui restent à faire. Rappelons que cette ECC a été réalisée avec le concours de douze évaluateurs internationaux, l’ expertise des spécialistes nationaux et organisée de concert par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Système des Nations unies (SNU) et le gouvernement, ainsi que tous les acteurs au niveau local. D’ailleurs, Mme Le Représentant de l’OMS à Madagascar, Ndiaye Charlotte a remercié l’implication conséquente de toutes les parties prenantes, dont les partenaires techniques et financiers dans son discours : « L’écho que nous avons eu de l’intensité et de la qualité des débats ainsi que de la participation des responsables nationaux venant de tous les secteurs, a été très favorable et encourageant, témoignant de l’engagement du pays à avancer dans le renforcement de ses capacités en matière de sécurité sanitaire. Ce qui a permis l’atteinte des principaux objectifs de cette ECC. »

Objectifs. Effectivement, comme l’indique Charlotte Ndiyae, les objectifs globaux de cette mission ECC sont atteints. En premier lieu, l’examen des capacités de Madagascar par rapport au minimum requis du RSI, exigences minimales relatives aux 19 domaines techniques revus lors de l’ECC. En second lieu, l’identification des forces et des faiblesses de Madagascar en matière de sécurité sanitaire. Et enfin, cette mission ECC a également permis de déterminer les priorités sur lesquelles toutes les parties prenantes devront plancher dans la réalisation du plan d’action pour le renforcement de la sécurité sanitaire à Madagascar. Sécurité sanitaire rendue possible grâce à l’acquisition à plus ou moins court terme des exigences minimales du RSI, lancé en 2005 et entré en vigueur en 2007, dont notamment : la prévention, la détection, la notification et les méthodes de riposte face aux urgences de santé publique de portée internationale.

Luz R.R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.