SMAM 2017 : Les mères, tiraillées entre maternité et vie active


Bmoi

Jacaranda

Dans le cadre de la Semaine mondiale de l’Allaitement maternel (SMAM 2017), une conférence-débat a été organisée à l’INSPC. Elle vise à promouvoir l’allaitement maternel jusqu’à deux ans incluant une exclusivité jusqu’à six mois, dont le taux est en chute libre depuis 2003.

L’allaitement maternel jusqu’aux deux ans du jeune enfant est plébiscité à Madagascar et recommandé par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), car elle permet entre autres de lutter contre la malnutrition dans les 1000 premiers jours de l’enfant. Sa tendance à la baisse résulte de facteurs contingents. Toutefois, elle s’explique surtout par une plus grande insertion professionnelle des femmes-dans la pratique, difficilement conciliable avec l’allaitement exclusif- ; le respect du droit d’allaitement au travail qui n’est pas encore totalement effectif à Madagascar ; et la concurrence de la commercialisation des substituts du lait maternel dont la stratégie marketing est on ne peut plus poussée.

Promotion. Pour promouvoir l’allaitement maternel, des efforts ont été entrepris, notamment en ce qui concerne la promotion du droit à l’allaitement au travail et l’application du code national de commercialisation des substituts du lait maternel. Un coin « allaitement » a par exemple été inauguré au sein du Ministère de l’Emploi, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle. Parmi l’assistance, Tiana, mère de famille a proposé l’extension du congé maternel à six mois ; pour permettre aux mères actives d’allaiter leurs enfants dans des conditions optimales. Mieja V. Rakotonarivo, DG de Nutri’Zaza y a répondu en disant que dans cette entreprise, les congés maternels peuvent durer jusqu’à sept mois, selon la demande des employés. La Directrice de l’Inspection du Travail de souligner que : « Cela se tient à l’étranger, mais demeure peu évident à Madagascar, vu la précarité de la situation économique du pays, alors que les femmes font partie intégrante de la population active. Toutefois, l’Inspection du Travail encourage l’allaitement maternel et effectue assidûment un contrôle du respect du droit à l’allaitement des femmes actives. »

Oui, mais. Certes, l’allaitement maternel exclusif jusqu’à six mois présente de nombreux avantages pour le bébé, en apportant tous les éléments essentiels à sa bonne croissance, sans parler des bienfaits psychologiques sur son développement socio-affectif. Toutefois, au-delà de ces six mois, les avis divergent, même au sein des scientifiques. Des pédopsychiatres avancent par exemple que l’allaitement prolongé (au-delà de un an) n’est pas recommandé pour l’équilibre psychologique de l’enfant et de l’adulte qu’il deviendra, car cela le maintient au stade oral. Notons par ailleurs qu’à la base, le choix d’allaiter ou non son enfant appartient à la mère et aux deux parents par extension.

Luz R.R

Share This Post

Post Comment