Réduire la consommation de papier : Enjeu économique et de développement durable

Jacaranda

L’ère du numérique a-t-on prédit, allait réduire largement l’utilisation du papier. Mais visiblement, il n’en est rien. Encore près de 400 millions de tonnes de papier sont utilisées par an dans le monde. En cette veille du 25 octobre, « Journée mondiale sans papier », on se rend compte que la dépendance au papier reste importante, notamment dans les pays en développement où le numérique n’a pas encore pris le pas sur l’usage du support papier.

Virtuel ! Préconisée afin de diminuer l’usage du papier en vue de préserver l’environnement, la dématérialisation des documents dans l’administration publique et celle des entreprises, ainsi que dans la gestion documentaire en général, n’a pas encore toute sa place, notamment dans les pays en développement. Là où une large proportion de la population ne dispose que d’un faible accès aux équipements informatiques et où le simple accès à l’électricité, incontournable pour jouir des avantages du numérique, reste limité. De ce fait, le tout numérique, ou presque, pour limiter la consommation de papier n’est que… virtuel !

Gaspillage. Les bureaux et les entreprises sont les plus grands consommateurs de papier dans les pays où le secteur tertiaire est fortement développé. Selon une association belge de défense de l’environnement, jusqu’à 85kg de papier par an et par habitant sont consommés dans ces pays. Outre la surconsommation de papier, en dépit du développement du numérique, le gaspillage pose également problème. En effet, près du quart des documents sont jetés quelques minutes après avoir été imprimés.

Ailleurs, le faible accès au numérique renforce davantage l’usage du papier et rend la dématérialisation des documents peu accessible à la majorité. Le papier reste ainsi incontournable. Il n’en demeure pas moins que le gaspillage est, ici aussi, une réalité.

Recyclage et réutilisation. Afin de mieux consommer le papier en vue d’en utiliser moins, la réutilisation et le recyclage du papier font partie des gestes à adopter. Privilégier l’impression recto-verso ; opter pour le papier recyclé, sont autant d’habitudes de consommation préconisées. En effet, l’impact environnemental du papier recyclé est inférieur à celui du papier blanc. Le papier recyclé permet d’économiser jusqu’à six fois la quantité d’eau nécessaire pour le papier de fibres fraîches, soit 10 litres d’eau par kilo de papier, au lieu de 60 litres. De même, le recyclage permet de réduire la consommation d’énergie et la quantité de papier incinéré. A titre indicatif, l’énergie non-renouvelable utilisée dans le cycle de vie d’un kilo de papier blanc est d’environ 20 mégajoules d’énergie primaire. Aussi une feuille de papier A4 nécessite-t-elle 0,1 mégajoule. C’est l’équivalent de l’énergie primaire dépensée par une lampe à incandescence pendant 13 minutes ou une ampoule basse consommation pendant plus d’une heure.

Hanitra R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.