Toliara : plan sectoriel de l’education

Jacaranda

Les parents d’élèves s’aperçoivent que le niveau de connaissance de leurs chérubins devient de plus en plus faible d’année en année. Qui en est responsable ? Ministère ou enseignants ?

Soixante formateurs, enseignants, éducateurs, personnel du monde de l’éducation sont venus assistés à la concertation régionale de l’Appui à la Réforme de l’Education (AREM), le jeudi 19 octobre, dans la grande salle de la Direction régionale de l’éducation nationale (DREN). L’AREM est une suite logique du Cadre d’Orientation et d’Organisations des Curricula (COOCM) tenu en février dernier. Le COOCM présentait des lacunes, des points à préciser dans la finalisation de la réforme, pour mettre au point le Plan sectoriel de l’Education qui doit courir de 2018 à 2022.

Quelques contradictions. Une équipe technique dépêchée par le ministère de l’Education s’est chargée de collecter les idées des participants en les répartissant en six groupes. Chaque groupe se penche sur six points à préciser et fait une rotation chaque fois, pour une meilleure compréhension. Une restitution finale a permis de relever quelques contradictions dans les idées émises. Les participants espèrent que l’équipe technique saura synchroniser le document final pour atteindre le résultat attendu.

Le point fort de la réforme introduite par le ministre de l’Education Paul Rabary est certainement l’utilisation des tablettes numériques. Deux institutrices de l’EPP d’Anketa ont avoué l’aide précieuse des tablettes, puisqu’elles comportent des programmes internes hors connexion et même en malgache. Une aide inestimable, puisqu’elles sont des institutrices FRAM, c’est-à-dire recrutées en marge du circuit normal des capacités pédagogiques. Ce sont les tablettes qui leur montrent ce qu’il faut faire. Elles ont même la possibilité de demander secours en appelant à partir de la tablette, en cas de difficulté quand elles enseignent.

Charles RAZA, correspondant à Toliara.

Telma Fibre Vibe

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.