Revue de la peste : 13 districts encore concernés



Jacaranda

Le lancement officiel dimanche de l’atelier de la revue à mi-parcours de l’épidémie de peste a permis, entre autres, de savoir que seuls 13 districts sont encore touchés par la peste actuellement et il ne s’agit plus que de la forme bubonique.

Selon les données recueillies sur place, 2.417 cas de peste, toutes formes confondues- dont plus de 200 morts (les chiffres officiels étant vagues)- ont été notifiés depuis le mois d’août jusqu’à la fin novembre. L’épidémie de peste, notamment la forme pulmonaire étant maîtrisée, la peste bubonique ne concerne désormais que 13 districts ruraux de Madagascar. Toutefois, la saison ne se terminera qu’en mars-avril, ainsi l’Etat et ses partenaires techniques et financiers envisagent de redoubler de vigilance en cristallisant les acquis et « les leçons » apprises de la précédente flambée épidémique de la peste pulmonaire, pour une meilleure maîtrise de l’épidémie à l’avenir. Comme l’a souligné Charlotte Ndiaye, représentante résidente de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) lors d’une interview : « Cet atelier servira à définir et orienter les axes d’interventions afin d’éradiquer la peste à Madagascar. Nous allons donc continuer à supporter les actions entreprises avec succès et corriger les failles. »

Bilan. Pour le ministre de la Santé publique, Lalatiana Andriamanarivo, l’atelier représente surtout une occasion de faire le bilan de la riposte nationale contre la peste, en dégager les points forts et les failles pour ne plus répéter les mêmes erreurs à l’avenir et définir ensemble, ce qu’il faut faire. Important à signaler, l’humilité avec laquelle les premiers concernés ont admis que les failles ont été nombreuses. Rappelons que l’atelier a été lancé officiellement dimanche dernier au Centre de Loisirs « Au Bois vert » Ivato. La soirée de dimanche, impromptue de prime abord, a été fixée en raison du départ impératif du ministre, le soir même pour le Sommet de la « Couverture santé universelle ». Le ministre de la Santé publique envisage entre autres de créer trois nouvelles écoles de paramédicaux, car le manque d’effectifs s’est fait sentir dans la prise en charge de la maladie lors de cette saison.

Failles et perspectives. Les principales failles citées étaient constatées au niveau de la communication autour de l’épidémie et de la proactivité de toutes les parties prenantes, notamment de l’Etat face à elle. En guise d’explication, il a été rapporté, que même si le premier cas date du 25 août dernier, le MSP n’a eu connaissance de cela que le 11 septembre. Le Dr Maherisoa R. Directeur de la Veille sanitaire et du Service épidémiologique au sein du MSP d’ajouter : « Les fiches de déclaration des cas de peste mettaient 2 à 3 jours avant d’être remis à l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) ». Notons que l’atelier a vu la présence de délégations de l’OMS provenant du Bureau régional, ainsi que du siège à Genève. Ceci pour faire état de son envergure. L’atelier se clôturera ce jour et il en résultera des perspectives d’actions concrètes pour l’éradication de la peste à Madagascar.

Luz R.R                                                            

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.