Ava vécu par les Betsimisaraka : Panique et ruines à Toamasina

Le cyclone tropical Ava a détruit à 70% la capitale du Betsimisaraka selon les dires des habitants, ils vivent sans eau, ni électricité depuis trois jours.

Peste, Enawo et Ava. Après le cyclone Enawo début 2017 et l’épidémie de la peste, la capitale du Betsimisaraka n’a pas été gâtée par la nature ces derniers temps. Après le passage d’Ava et de ses rafales de vent allant jusqu’à 205 km/h, les cases en tôle et les arbres ont été défrichés. Le personnel du Bureau national de gestion des catastrophes (BNGRC) déployé sur place en amont de l’entrée d’Ava en est encore à la gestion proprement du cyclone et à la collecte des données. Selon la page officielle de la Météo, Ava est entré à Toamasina à 13h, si les habitants contactés à 18h avancent qu’il était là depuis presque 10h. Et que depuis son arrivée jusqu’à l’heure où nous mettons sous presse, 70% de Toamasina ville sont partis en friche. Paniqué, Faly, l’un d’entre eux, habitant le quartier de Tanamakoa en témoigne : « La plupart des maisons ici sont en tôle, elles ont toutes été emportées par le vent, les sinistrés courent de partout pour chercher un toit, une maison en dur où s’abriter. Avant même l’arrivée d’Ava, nous n’avons plus accès ni à l’eau ni à l’électricité. Après Enawo et la peste en 2017, la « nature » ne nous a pas fait de cadeau ! Des personnes ont déjà perdu la vie ». Les prévisions météorologiques avancent qu’Ava sortira en mer, par Mahanoro demain, mais les pluies persisteront pour au moins 48h. L’alerte rouge vaut toujours pour Tamatave.

Luz R.R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.