Trafic international d’espèces protégées : Opération de sauvetage de centaines de tortues radiées à l’agonie

Près de 500 tortues radiées de Madagascar, une espèce en danger de disparition, ont été découvertes à bord d’un bateau échoué à Morondava et ont été au cœur d’une véritable opération de sauvetage par la société civile et les autorités.

 

Certaines ont pu être sauvées, d’autres n’ont pas survécu. Des centaines de tortues radiées de Madagascar destinées au trafic international, saisies par les autorités à Morondava il y a 10 jours, ont été au cœur d’une opération de sauvetage. Mises en quarantaine, puis désinfectées et réhydratées, les tortues encore vivantes ont été placées entre de bonnes mains.

Rappel des faits. Le 10 janvier 2018, près de 500 tortues radiées ont été saisies à Morondava, à bord d’un bateau échoué sur la plage en raison de problèmes techniques et du mauvais temps. Une forte odeur nauséabonde dégageant de ce navire a alerté la population des alentours, amenant ces riverains à alerter les autorités. Celles-ci ont alors découvert à bord du navire des sacs remplis de tortues dont la majorité était quasiment à l’agonie.

 

« Tana-maro ». Sur les 460  tortues que contenaient les sacs, seulement 223 ont été retrouvées vivantes, de nombreuses autres étaient agonisantes tandis que la majorité d’entre elles n’a  pas survécu. Celles qui pouvaient encore être sauvées ont été aussitôt prises en charge. C’est ainsi que les membres d’organismes environnementaux (FANAMBY, DURRELL, MNP, CNFEREF…), les autorités de la direction générale environnementale, les journalistes locaux et les jeunes du consortium Mahery étaient venus nombreux afin de participer à la désinfection et à la  réhydratation des tortues rescapées. Après avoir reçu des consignes d’un animateur de WWF, tous se sont donné la main pour le travail de désinfection. « Convaincus de l’importance de la protection des espèces protégées, nous ne pouvions pas rester les bras croisés en voyant ces tortues presque à l’agonie et loin de leur milieu naturel », a déclaré Lucien Andriafanomezana, du WWF.

 

Plaidoyer. Grâce à cette rapide réponse de la société civile, 217 tortues ont pu être sauvées. Un lâcher de ces animaux dans la forêt épineuse du sud-ouest de Madagascar, leur milieu naturel, est prévu prochainement. Quant au sort des trois trafiquants appréhendés à bord du navire, l’affaire est maintenant portée en justice. On estime à environ 15.000 le nombre de tortues capturées chaque année à Madagascar, entre 2009 et 2016, pour alimenter le trafic national et international. Au niveau national, WWF et TRAFFIC plaident entre autres pour le renforcement de l’application des législations en vigueur pour protéger la faune et flore sauvage du pays.

Hanitra R.

 

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.